Étiqueté : enfance

0

Georges Bratschi, “L’opoponax, une plante rare qui fait rentrer dans le “on” de l’enfance”, La Tribune de Genève, 12-13 décembre 1964, p. 9

En cette fin d’année, où la seule vue du mot “roman” imprimé sur une couverture renvoie à l’ennui, voici un livre qu’on peut ouvrir à n’importe quelle page et qui rend sur-le-champ le charme...

Jean Chalon, “Les lecteurs de Monique Wittig (prix Médicis 1964) doivent rentrer dans le ‘‘on’’”, Le Figaro littéraire, 9 décembre 1964 0

Jean Chalon, “Les lecteurs de Monique Wittig (prix Médicis 1964) doivent rentrer dans le ‘‘on’’”, Le Figaro littéraire, 9 décembre 1964

L’Opoponax1, c’est le roman que viennent de couronner les jurés du prix Médicis. C’est aussi son auteur, une jeune fille de bientôt trente ans. Petite. L’air volontiers boudeur. Cheveux courts à la Jeanne d’Arc....

Anonyme, “Lire L’Opoponax de Monique Wittig (parce que c’est un livre qui vous fera retrouver votre enfance)”, dans Elle, 19 novembre 1964, rubrique “À l’agenda de la femme intelligente” 0

Anonyme, “Lire L’Opoponax de Monique Wittig (parce que c’est un livre qui vous fera retrouver votre enfance)”, dans Elle, 19 novembre 1964, rubrique “À l’agenda de la femme intelligente”

Écoutez d’abord ce que Marguerite Duras dit de ce livre : “C’est peut-être, c’est même à peu près sûrement le premier livre moderne qui ait été fait sur l’enfance”… C’est un livre à la...

0

François Nourissier, “L’Opoponax, roman de Monique Wittig, lu par François Nourissier”, Nouvelles littéraires, 12 novembre 1964, rubrique “Le livre de la semaine”

L’Opoponax1 est le roman des gamines. Ses héroïnes se nomment Véronique et Catherine Legrand, Pascale Delaroche, Françoise Pommier, Denise Parme, Sophie Rieux, Valérie Borge, etc. Elles sont des écolières, à la campagne, des petites...

Otto Hahn, “Du sable entre les doigts. L’Opoponax par Monique Wittig. Éditions de Minuit, 281 pages, 13,90F”, L’Express, 9 novembre-15 novembre 1964 0

Otto Hahn, “Du sable entre les doigts. L’Opoponax par Monique Wittig. Éditions de Minuit, 281 pages, 13,90F”, L’Express, 9 novembre-15 novembre 1964

Le livre doit son titre bizarre à une plante ombellifère : l’opopanax, transformé en Opoponax, sert de signature à la mystérieuse narratrice qui, par ses lettres anonymes, terrorise un collège de jeunes filles. Mais cette...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search