Recherches en cours et pistes à creuser

Cette page est destinée à référencer les travaux actuellement en cours sur l’œuvre de Monique Wittig — livres, collectifs, thèses, mémoires… Il s’agit aussi de proposer des pistes de recherche pour celles et ceux qui souhaiteraient s’engager dans les études wittigiennes !

N’hésitez pas à nous contacter par mail pour que nous mettions la liste à jour ou pour demander plus d’informations.

***

Naviguer :

 

Propositions de sujets, pistes à creuser

👉 Beaucoup de recherches à mener sur les “traductions” de Monique Wittig : d’un côté les traductions qu’elle a elle-même menées, d’un autre les versions en différentes langues de ses propres textes, qui se présentent bien plus comme des œuvres à part entières que comme des traductions : Brouillon pour un dictionnaire des amantes et Lesbian People par exemple — une œuvre en deux langues, deux œuvres distinctes ?

 

Thèses en cours

2020-. Rachel Boyer, L’incarnation du désir lesbien : esthétique de la chair chez Violette Leduc, Monique Wittig et Nicole Brossard. Thèse dirigée par Olivier Penot-Lacassagne, Paris, Sorbonne Nouvelle.

Résumé. Cette étude se propose comme une cartographie esthétique des écritures du désir lesbien chez Violette Leduc, Monique Wittig et Nicole Brossard en s’appuyant plus particulièrement sur Thérèse et Isabelle, Le Corps Lesbien et Amantes.
Nous souhaitons dans cette thèse procéder à une analyse du travail des matières et à l’investissement de l’espace des œuvres pour mieux en organiser l’effraction. Nous voulons annuler les distances disciplinaires, dévoiler des rapports secrets entre les œuvres, créer des lignes d’articulations, y ajouter des dimensions, bref pousser le cri du désir lesbien avec elles. Nous partirons d’une phénoménologie queer pour aborder le cri comme geste créatif catastrophé et la figure de l’abjection, ce “mauvais sujet” (S. Bourcier) que représentent les lesbiennes afin de montrer comment le corps lesbien met en échec l’ordre établi en le faisant radicalement dévier. Le cri comme stratégie d’incarnation du corps lesbien “abbreviated into intensity” (F. Bacon) procédera à une nécessaire mise en chaos du texte qu’il nous faudra aborder.
Nous verrons comment l’incarnation du désir lesbien dans le texte passera par l’abandon du corps organisé à travers différents processus de défiguration. Écriture du “glutineux” (R. Barthes), écriture-ressac (E. Grossman), multitudes affolées (A. Artaud) ou prolifération des métamorphoses, ce sont des pratiques d’écriture pleines de mouvements chaotiques trans-règnes, composées de petites greffes et de voisinages inattendus. Les auteures procéderont aux décloisonnements des organismes ou mieux, à leurs désoeuvrements afin d’in-carner, c’est-à-dire abandonner le corps pour le tourner en viande, en chair désirante.
Nous analyserons également comment les auteures débloquent des espaces de sensations tout entier et comment les “mots, mobiles et pleins de motifs” (N.Brossard) entretiennent des rapports exigus à la peinture, aux sensations colorées. Nous nous appuierons pour cela principalement sur les œuvres de Cézanne, Bacon et Réquichot.
L’enjeu sera de montrer en quoi leurs écritures sont des forces actives (haptiques, hystériques, plastiques, hypersensibles, chaotiques,…) qui fonctionnent contre la langue en la débordant, qui redéfinissent politiquement la littérature, se font textes de jouissance et font basculer les identités. Des logiques circulatoires désirantes seront dévoilées à travers les motifs de la spirale et de la répétition, du pli, de la peau, du déchet ou tout autre mode d’enregistrement explosif de la phrase poétique. Il s’agira d’explorer les césures qu’elles provoquent dans le sens commun et de démontrer que c’est bien à l’engendrement oblique de nouveaux territoires que nous assistons.
C’est donc cela qui est étudié, l’analyse d’une langue prise dans l’avalanche d’un “cri ciselé en graphèmes, en sonorités et en couleurs” (V. Bergen). Les chairs prises dans le chaos des sensations faisant naître dans le texte un corps lesbien intensif, ou toute l’immédiateté du désir lesbien. Finalement, répondre à la question : Que peut le désir lesbien ?

 

2020-. Amandine Cartaud, Le théâtre de Monique Wittig : la pensée lesbienne à l’intersection des avant-gardes (1967-1985). Thèse dirigée par Nathalie Coutelet en co-direction avec Raphaëlle Doyon, Saint-Denis, Université Paris 8-Vincennes-Saint Denis.

Résumé. Connue pour ses écrits sur le lesbianisme, ses romans et nouvelles, Monique Wittig l’est moins pour son œuvre théâtrale. Pourtant, Wittig a écrit cinq pièces entre 1967 et 1985. Sur ses cinq pièces, seule Le Voyage sans fin (ou The constant journey) est publiée en 1985 en supplément du numéro 4 spécial de Vlasta qui est consacré à l’écrivain. Elle écrit L’Amant Vert en 1967. Ses trois autres pièces La Récréation (1967), Le Grand-Cric-Jules (1972) et Dialogue pour les deux frères et la sœur (1972), seront jouées à la radio. En juin 1985, Monique Wittig, avec l’aide de Sande Zeig, sa compagne comédienne et réalisatrice, met en scène au Théâtre du Rond-Point à Paris le Voyage sans fin.

Ce projet de recherche propose une étude du théâtre de Monique Wittig dans son écriture, sa représentation, sa portée politique et esthétique par le prisme de l’avant-garde. Il s’agit d’effectuer un travail d’archives théâtrales mais également de faire dialoguer ces ressources avec le reste de son œuvre littéraire et sa pensée politique qui se trouvent toutes à un endroit spécifique de l’histoire du féminisme français, en pleine rupture entre hétéroféminisme et lesbianisme radical.

Cette étude nous amène alors à questionner la notion de marge, appliquée aux lesbiennes ainsi qu’aux œuvres lesbiennes dans le contexte du théâtre français des années 1970. La question de la marge nous permet de complexifier l’analyse de l’œuvre de Wittig par le prisme de l’avant-garde. En effet, le théâtre de Wittig se comprend comme une “tentative politique de lesbianiser la scène tout en traitant le sujet d’une utopie lesbienne et féministe” pour reprendre les mots de Jeannelle Laillou Savona en 1996. Cette ambition wittigienne révèle plusieurs pistes à explorer quant aux recherches esthétiques et artistiques de l’écrivain à la fois dans une démarche d’expérimentation théâtrale avant-gardiste mais également d’expérimentation politique sur le terrain du féminisme, où la question lesbienne apparaît aussi être toujours à l’avant-garde.

 

2018-. Aurore Turbiau, L’Engagement littéraire des années 1970-1980 : féminismes de la deuxième vague. Thèse dirigée par Anne Tomiche, Paris, CRLC, Sorbonne Université.

Résumé. Cette thèse de littérature comparée propose une étude de l’engagement littéraire des écrivaines féministes de la décennie 1970 — années de la “seconde vague” du féminisme –, en France et au Québec. À travers l’analyse des œuvres de Monique Wittig, Françoise d’Eaubonne, Christiane Rochefort, Hélène Cixous, Michèle Causse (et quelques autres) en France, de Nicole Brossard, Louky Bersianik, France Théoret, Madeleine Gagnon, Denise Boucher (et quelques autres) au Québec, il s’agit de montrer que les années 1970, loin d’être des années de “désengagement” et de découragement sur le rôle que peut jouer la littérature dans le monde social et politique, sont des années où des femmes s’engagent massivement en littérature et en politique. Elles sont des années où se croisent et se co-construisent des réflexions sur l’utopie, sur la violence politique (celle qui est subie par les femmes, celles qui leur répondent), sur le rôle de la création littéraire dans le monde social ; le travail formel du texte, poussé parfois jusqu’à l'”illisible”, est pensé comme un élément essentiel de l’engagement des écrivaines dans la lutte politique.

 

Thèses soutenues

👉 Voir une liste plus complète sur la page bibliographie

 

William Michael Burton. On the Origin and End of Sex: Language, science and social construction in Jean-Jacques Rousseau and Monique Wittig. PhD dissertation, New York, Columbia University, 2020.

Résumé. Cette thèse étudie le lien entre Jean-Jacques Rousseau et Monique Wittig. Dans un premier temps, elle mobilise les archives de Wittig pour explorer la manière dont cette dernière se réapproprie, au cours des années 1970 et 1980, certains concepts rousseauistes – “l’homme naturel” et “le contrat social” – afin d’articuler une pensée lesbienne radicale. En reprenant à son compte la critique du paralogisme naturaliste de Rousseau, Wittig s’attaque d’abord à la théorie anthropologique qui aurait, selon elle, naturalisé l’hétérosexualité. Elle opère ensuite une transformation de “l’homme naturel” en “lesbienne”, élevant celle-ci en modèle de l’abolition totale de la différence sexuelle.

Cette lecture de Rousseau remet en question le lieu commun selon lequel le philosophe aurait toujours soutenu des thèses essentialistes quant à la différence sexuelle. Ainsi, dans un deuxième temps, “On the Origin and End of Sex” fait dialoguer Wittig avec d’autres interprètes de Rousseau pour faire apparaître qu’au cours des années 1750 et 1760, il élabore une conception linguistique des origines de l’hétérosexualité. Cette théorie met au défi tant les étiologies promues au XVIIe siècle par les philosophes du droit naturel que celles émises au siècle des Lumières par les naturalistes.

Or, si Wittig se tourne vers l’œuvre de Rousseau pour dénaturaliser l’hétérosexualité, elle en rejette les préceptes au sujet de la fin (à la fois terme et but) de celle-ci. Car pour Rousseau, la différence sexuelle est l’irremplaçable socle de la morale: ainsi ne prône-t-il pas l’abolition mais, à travers des pratiques individuelles et collectives, le renforcement de cette fragile construction sociale. À l’inverse, nous pouvons dire – en pastichant Marx – que Wittig considère que la philosophie de Rousseau marche sur la tête: elle la remettrait sur les pieds en s’en servant pour revendiquer la fin définitive de la différence sexuelle.

 

Ilana Eloit. Lesbian Trouble : Feminism, Heterosexuality and the French Nation (1970-1981). London School of Economics and Political Science – LSE, 2018. Sous la direction de Clare Hemmings. Jury de soutenance : Judith Butler et Rahul Rao.

Résumé. This thesis examines the repressionof lesbian difference in the 1970s French women’s liberation movement (MLF) as a way of investigating the heterosexual complicity between French feminism and the French nation. Combining discourse analysis of archival materials and oral interviews, it seeks to explore how lesbian difference troubledthe heterosexual order of 1970s French feminist discourses through an archaeology of the MLF’s (buried) controversies on lesbianism and a particular focus on Monique Wittig’s biographical and political trajectory. In conversation with queer theory, postcolonial studies, critical history and affect studies, this research argues that the political and affective transmutation of lesbians into (heterosexual) women, which is at the root of the MLF’s female universalism, was constituted through lesbian losses that melancholically haunted the 1970s as constant reminders of feminism’s exclusions.

Conceiving of abstract universalism as a technology of power, the thesis first explains that feminists sought to absorb the nation’s sexual contract through the production of a feminist heterosexual contract, therefore hinging (heterosexual) women’s inclusion in the nation on lesbians’ illegibility. This “lie” or crisis in representation claiming to represent all women while foundationally positing lesbians as nonwomenwas the paradoxical condition of the birth of a lesbian political subjectivity in 1970s France. Exploring lesbians’ affective, political and theoretical disidentification with feminism, the thesis then tracks lesbians’ melancholic traces in the archive as evidence of feminism’s failed lesbian history. Finally, it examines the return of the lesbian repressed, à contretemps, at the end of the decade, when a spectacular conflict broke out regarding lesbianism in the wake of Monique Wittig’s famous assertion, which was also a deferred exposure of the MLF’s founding lie: “lesbians are not women”. Revealing how the lesbian was made “unFrench” in the 1970s (like queer theory today), this research seeks to understand her as a figure that troubles the heterosexual and colonial norms governing French abstract universalism and feminism’s attempts to reiterate it in a female form.

À lire en ligne.

 

Chloé Jacquesson. Quelque part où “le sexe n’existe pas”. Pratiques fictionnelles, théoriques et questions de genre chez Nathalie Sarraute et Monique Wittig. Université Lumière Lyon 2. Thèse de doctorat en Lettres et Arts, soutenue le 6 avril 2018.

Résumé. Au carrefour des études littéraires et des études de genre, cette thèse propose une étude comparée des œuvres fictionnelles et théoriques de Nathalie Sarraute et de Monique Wittig : elle articule une approche interne – centrée sur leurs poétiques – et une approche externe – attentive à leurs postures et à leurs trajectoires dans un espace littéraire genré – pour examiner les places du neutre et de l’universel dans leurs entreprises littéraires, et leurs stratégies de résistance aux catégories du masculin et du féminin. Le prologue évoque quelques moments saillants dans les trajectoires de Sarraute et de Wittig, ainsi que leur relation d’amitié et de filiation singulière. Depuis des positions et des contextes distincts, Sarraute et Wittig participent à la mouvance de la théorie littéraire, ont inscrit leurs propositions dans le paysage des politiques de la littérature des années 1950 à 1970, et plus largement dans l’histoire littéraire et intellectuelle de la 2nde moitié du XXe siècle, en ce qu’elle a été marquée par une redéfinition du partage entre littérature et savoir, fiction et théorie. La première partie de la thèse rend compte de ce que les pratiques d’écriture des deux auteurs sont ainsi soutenues par un effort pour penser les pouvoirs, supposés ou désirés, de la littérature : chez Sarraute le roman est conçu comme un instrument de connaissance, dont la portée est aussi potentiellement politique ; chez Wittig, militante du mouvement de libération de femmes et théoricienne matérialiste du lesbianisme, l’œuvre littéraire est pensée comme un outil de transformation politique et le lieu d’un “savoir féministe”. La deuxième partie de la thèse propose une analyse poétique comparée des textes du corpus, plus particulièrement axée sur le traitement des représentations du masculin et du féminin. Le brouillage ou le rejet des catégories identitaires du masculin et du féminin se révèlent, dans les deux œuvres, solidaires de la déstabilisation des modalités traditionnelles de la représentation littéraire. Sans gommer la singularité de chaque œuvre ni l’historicité des corpus, l’enjeu a été de déterminer comment le discours littéraire met à l’épreuve le genre entendu comme ensemble binaire et hiérarchique de représentations, de normes et de valeurs reflétant et étayant un ordre social. Ces stratégies d’écriture se lisent en regard du rejet de la “littérature féminine”, catégorie héritée du XIXe siècle, comme de l’« écriture féminine”, forgée dans les années 1970. D’un point de vue théorique – il y va d’une définition de l’expérience littéraire – et pragmatique – il s’agit de susciter des attitudes de lecture –, Sarraute et Wittig ont ainsi, plus ou moins explicitement, pris le parti de l’universalisme. C’est l’objet de la troisième partie de la thèse. L’examen de ces partis pris révèle ce qui les distingue : le refus du féminin conduit Sarraute à un déni du genre tandis que Wittig ne renonce pas à penser l’expérience spécifique de l’« écrivain minoritaire” ; il révèle également ce qui les rapproche : la conviction que l’expérience littéraire ouvre un espace où le genre n’a pas prise, et le projet de mettre effectivement en œuvre un tel espace.

 

Eva Feole. Mots incarnés et corps illisibles. L’œuvre littéraire de Monique Wittig. Thèse de doctorat, Université de Vérone (Italie) et Université Jean Monnet Saint-Étienne (France). Thèse soutenue le 21 octobre 2017

Résumé. Née en 1935, Monique Wittig est l’une des figures les plus marquantes du mouvement et de la théorie féministe du XXe siècle et, plus en particulier, du féminisme matérialiste français. Sa critique matérialiste de la catégorie de sexe et de l’hétérosexualité, qu’elle définit un “régime politique totalitaire”, a inspiré d’importantes théoriciennes queer, telles que Teresa de Lauretis, Judith Butler et Paul B. Preciado. Cependant, dans ma thèse, j’ai entrepris d’analyser à nouveau la pensée et les œuvres de Wittig, en les contextualisant dans le féminisme matérialiste français et en montrant dans quelle mesure la pensée théorique de Wittig est inséparable de sa production littéraire et de son point de vue lesbien. En effet, Wittig est avant tout l’auteure d’un corpus littéraire aussi singulier que puissant parce qu’il est intrinsèquement politique. Ses œuvres littéraires se caractérisent par la grande variété de styles, de formes et de genres qu’elle expérimente, souvent de manière contestatrice et en polémique ouverte avec le canon littéraire et avec la représentation hétérosexuelle des femmes. Cette thèse analyse le rôle que l’écriture du corps joue dans l’œuvre littéraire de Wittig. En particulier, elle sonde les implications de la présence de la corporéité dans ses œuvres littéraires afin de montrer dans quelle mesure l’écriture du corps est non seulement le point de convergence entre poétique et politique, mais aussi le lieu où peut se produire la destruction des classes de sexe. Du remaniement de cette thèse de doctorat est né le livre Corpo a corpo con il linguaggio. Il pensiero e l’opera letteraria di Monique Wittig (ETS 2020).

 

Mémoires en cours

2021. Sophie Leclercq, L’écriture d’un collectif de la marge. Mémoire dirigé par Florian Alix, Paris, Sorbonne Université.

Résumé. Comment écrire la marge ? Celle qui n’est pas dite, ni entendue, opprimée mais résistante, qui demeure dans les blancs de la page ? Monique Wittig et Josée Yvon ont ceci de commun : la volonté de déconstruire le langage dominant, la subversion des genres littéraires par une hybridité textuelle qui introduit un “trouble”, la volonté de faire dériver la littérature et sa langue qui ne se sont jamais avérées loin du centre. Si Wittig a un programme formel très strict à la forme circulaire, Yvon révèle les interstices, les plis de la pensée monolithique par l’exhibition de points de vue polyphoniques. L’enjeu de ce travail réside dans la mise en tension de la notion de collectif à l’œuvre chez les deux auteures. Si les frontières entre le “normal” et le “pathologique” se voient questionnées chez Wittig et Yvon, les rapports de l’individu à l’altérité et à la communauté demeurent divergents. Si dans le premier cas, le texte tend parfois à lisser les aspérités pour former une organisation de lutte solaire notamment grâce à la mobilisation d’un souffle épique et la convocation du genre de l’utopie, le second révèle les versants plus obscurs du corps social via une poétique de la discontinuité incarnée à la fois par un lyrisme de l’abject et un joual déconcertant. Enfin, rapprocher l’écriture de Wittig dans les Guérillères de celle de Josée Yvon dans Filles-commandos bandées et Travesties Kamikaze semble être une manière de mettre en perspective à la fois les réflexions féministes circonstancielles et leurs incidences textuelles. Si les thématiques semblent communes dans l’idée de subversion violente des rôles genrés, il en va de même du travail de la langue et de l’éclatement des catégories génériques qui viennent transgresser le texte littéraire ; les deux auteures modélisent la marge par différentes anomalies textuelles.

Mémoires soutenus

Manon Bochet-Marquis. Lesbiennes et subversions des genres littéraires : pour un renouveau de la figure littéraire saphique. Université Lyon 2, sous la direction de Marie-Jeanne Zenetti et de Yannick Chevalier, 2021.

Fanny Laborde, Les Stéréotypes de sexe dans l’érotisme, la pornographie et les discours amoureux à l’épreuve d’Angela Carter, de Monique Wittig et d’Elfriede Jelinek. Université Lumière Lyon 2, sous la direction de Merete Stistrup-Jensen, 2013-2014.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search