L’Opoponax

Texte de présentation – Éditions de Minuit

L’« opoponax” n’emploie ni le langage des adultes, ni celui des enfants ; ce n’est ni le romancier, ni un narrateur. Confrontant – dans un “on” mouvant – le “il” et le “je”, il semble bien les avoir annulés l’un par l’autre : cette voix qui parle au présent de choses très concrètes, qui s’affermit et se découvre elle-même peu à peu, ne serait-ce pas simplement la nôtre ?

‑‑‑‑‑ Extrait de la postface de Marguerite Duras‑‑‑‑‑


Mon Opoponax, c’est peut-être, c’est même à peu près sûrement le premier livre moderne qui ait été fait sur l’enfance. Mon Opoponax, c’est l’exécution capitale de quatre-vingt-dix pour cent des livres qui ont été faits sur l’enfance. C’est la fin d’une certaine littérature et j’en remercie le ciel. C’est un livre à la fois admirable et très important parce qu’il est régi par une règle de fer, jamais enfreinte ou presque jamais, celle de n’utiliser qu’un matériau descriptif pur, et qu’un outil, le langage objectif pur. Ce dernier prend ici tout son sens. Il est celui-là même – mais porté au plain-chant par l’auteur – dont l’enfance se sert pour déblayer et dénombrer son univers. Ce qui revient à dire que mon Opoponax est un chef d’œuvre d’écriture parce qu’il est écrit dans la langue exacte de l’Opoponax.
Mais il ne faut pas s’effrayer : les adultes même s’ils l’ignorent connaissent le langage opoponax. Il leur suffira de lire le livre de Monique`Wittig pour qu’ils s’en souviennent. À moins, mais cela peut arriver, d’avoir des yeux très fatigués par une littérature très fausse ou d’ignorer même si on fait carrière dans la littérature.
De quoi s’agit-il dans le livre ? D’enfants. De dix, cent petites filles et petits garçons qui portent les noms qu’on leur a donnés mais qui pourraient aussi bien les échanger contre des sous neufs. Il s’agit de mille petites filles ensemble, d’une marée de petites filles qui vous arrive dessus et qui vous submerge. Il s’agit bien de cela en effet, d’un élément fluide et vaste, marin. Toute une moisson, une marée d’enfants portés par une seule vague : car tout d’abord, quand le livre débute, ils sont très très jeunes, ils sont dans le fond d’un âge sans fin. On a dans les trois ans, je dirais, de Véronique Legrand ?
Nous avons tous écrit ce livre, vous aussi bien que moi. Une seule d’entre nous a découvert cet Opoponax que nous avons tous écrit, que nous le voulions ou non. C’est une fois le livre fermé que s’opère la séparation… Un chef-d’œuvre.
Marguerite Duras.

 

Réception, revue de presse

(9 octobre 1964), DALMAS André, “L’humeur des lettres”, Tribune des nations.

(5 novembre 1964), DURAS Marguerite, “Une œuvre éclatante”, France observateur.

(9-15 novembre 1964), HAHN Otto, “Du sable entre les doigts. L’Opoponax par Monique Wittig”, L’Express.

(12 novembre 1964), NOURISSIER François, “L’Opoponax, roman de Monique Wittig, lu par François Nourissier”, Nouvelles littéraires.

(14 novembre 1964), PIATIER Jacqueline, “Les débuts de Monique Wittig. L’Opoponax, Le Monde.

(19 novembre 1964), Anonyme, “Lire L’Opoponax de Monique Wittig (parce que c’est un livre qui vous fera retrouver votre enfance)”, Elle.

(18-24 novembre 1964), KALDA Alexandre, “L’inconnue de la rentrée. Monique Wittig : “l’opoponax””, Arts.

(25 novembre 1964), PIA Pascal, “La musique de Céline”, Carrefour.

(décembre 1964), DUMAYET Pierre, “L’Opoponax par Monique Wittig”, Lectures pour tous.

(décembre 1964), BOURDET Denise, “Monique Wittig”, La Revue de Paris.

(3 décembre 1964), GERMAIN Anne, “Une femme comme tout le monde. Le Médicis à Monique Wittig”, Nouvelles littéraires.

(6 décembre 1964), SIMON Claude, “Pour Monique Wittig”, L’Express.

(9 décembre 1964), CHALON Jean, “Les lecteurs de Monique Wittig (prix Médicis 1964) doivent rentrer dans le “on””, Le Figaro littéraire.

(12-13 décembre 1964), BRATSCHI Georges, “L’opoponax, une plante rare qui fait rentrer dans le “on” de l’enfance”, La Tribune de Genève.

(2 juillet 1966), BLIVEN Naomi, “Daphne in India, Catherine in France”, The New Yorker.

 

Éditions françaises de L’Opoponax

 

(1964) L’Opoponax, Paris, Éditions de Minuit.

(1971) L’Opoponax, avec une postface de Marguerite Duras: “Une œuvre éclatante”, Paris, 10/18, n°552, épuisé.

(1983) L’Opoponax, Paris, Éditions de Minuit, avec une postface de Marguerite Duras: “Une Œuvre éclatante”.

(2018) L’Opoponax, Paris, Éditions de Minuit, collection Double, avec une postface de Marguerite Duras: “Une œuvre éclatante”.

 

Autres éditions

(1966) Opoponax, Astrid Borger (trad.), Stockholm, Albert Bonniers.
(1966) The Opoponax, Helen Weaver (trad.), New York, Simon and Schuster.
(1969) El Opoponax, Caridad Martinez (trad.), Barcelona, Seix Barral.
(1969) Opoponax, Elmar Tophoven (trad.), Berlin, Rowohlt.
(1976) The Opoponax, Helen Weaver (trad.), New York, Daughters.
Édition japonaise

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search