Inauguration du jardin Monique Wittig : quelques photos et discours

Le jardin Monique Wittig a été inauguré le 17 septembre 2021 dans le 14e arrondissement de Paris. Les mots des Guérillères y ont résonné ; pour la première fois, le mot “lesbienne” figure sur une plaque officielle.

Plusieurs discours en l’honneur de Monique Wittig ont été prononcés. Nous reproduisons ici celui de Suzette Robichon :

C’est avec beaucoup d’émotion que je suis là ce soir, devant vous, pour ce jardin, au nom de l’association des amies de Monique Wittig.

Merci d’abord à la ville de Paris qui, avec Laurence Patrice, adjointe à la Maire de Paris chargée de la mémoire et du monde combattant, mène ce travail de donner des noms de rues aux femmes,
Merci à Carine Petit maire de ce 14ème arrondissement où j’habite et que j’aime tant, et qui a décidé de donner le nom de Monique Wittig à ce jardin , ce jardin situé au bout de cette rue où Monique Wittig a habité un temps en 1972 dans cet appartement que Sonja, ici présente avec nous, lui avait passé. Et merci à Alex et Elisa de Namoro que nous entendrons un peu plus tard.

Des traces de Monique Wittig ici dans ce quartier nous en trouvons plusieurs, j’en mentionne juste une, qui signe le début de mon Voyage sans fin avec elle, avec son œuvre. Au début des années 1980 nous avions fondé une revue des fictions et utopies amazoniennes Vlasta et nous avons décidé de réaliser un numéro spécial de la revue Vlasta sur elle. Nous étions extrêmement étonnées et choquées de voir combien était peu présente sur la scène littéraire celle qui avait été célébrée, avec l’Opoponax prix Médicis en 1964, comme jeune espoir du Nouveau Roman. Nous savions bien que c’était lié, entre autres, aux titres voire aux thèmes des livres qui ont suivi.
C’est près d’ici rue Losserand que nous avons conçu ce numéro sorti en 1985 et préparé la publication de sa pièce de théâtre Le Voyage sans fin, jouée pendant un mois au Théâtre Renaud Barrault. Dans ce numéro de Vlasta (toujours seul et unique numéro de revue francophone consacré à son œuvre) en 1985 nous avons publié des inédits de Wittig, Paris la politique et Le Cheval de Troie ainsi que différents articles sur son travail mais aucun venant de françaises car il a fallu attendre 1999 pour que soit soutenue ici la première thèse sur elle, par Catherine Ecarnot ici avec nous.
C’est à L’Entrepot, cinéma et lieu culturel, à quelques minutes d’ici, que nous avons fêté la sortie de ce numéro et de la pièce, Sande Zeig s’en souvient et d’autres qui sont ici.

Monique Wittig, a été célébrée en 1964 pour son premier roman L’Opoponax qui lui a valu le prix Médicis, et dont la dernière phrase m’a accompagnée longtemps et je ne suis pas la seule: «On dit tant je l’aimais qu’en elle encore je vis. »
Voir en 1969 sur une table de librairie son nouveau livre, Les Guérillères, toujours aux Editions de minuit, découvrir en 1973 celui qui porte le titre Le Corps lesbien a procuré à beaucoup d’entre nous un réel choc émotionnel, et littéraire, même si alors nous ne comprenions pas tout l’enjeu du chantier littéraire que Wittig mettait en œuvre dans ses textes.
Ce choc a été ressenti par d’autres qui ont eu instantanément l’envie de la traduire dans leur langue. C’est une autre histoire.
Puis il y eut Brouillon pour un dictionnaire des Amantes en 1975, écrit avec Sande Zeig et le plaisir d’y plonger est toujours intense.

Près de 50 ans après certaines ressentent ce même choc, en lisant ses écrits. L’une d’elle a écrit sur un mur à Rennes « Wittig m’a sauvée », phrase que j’ai retrouvée ailleurs. On pourrait sourire et trouver cela exagéré mais en fait, oui l’œuvre de Wittig nous donne un souffle, une respiration, une force, une énergie qui permet d’aller plus loin, d’analyser ce monde et de le penser autrement.
L’importance de son travail littéraire, de sa pensée politique, les deux étant indissociables et l’impression que son œuvre n’était pas assez visible et étudiée ici en France nous avait conduit Marie Hélène Bourcier (Sam) et moi-même à organiser à Paris en 2001 le premier colloque consacré à son œuvre. Il y eut ensuite celui de Lyon.
Faire circuler une œuvre c’est aussi la donner à entendre, c’est ce que nous avons fait avec les soirées de lecture à la maison de la Poésie, en 2014 et 2019.
Aujourd’hui elle est célébrée plus largement encore et notre nombre ici en témoigne, les Namoro s’en inspirent, d’autres aussi et c’est bien pour cela que l’association des amies de Wittig a créé ce site des études wittigiennes : mettre à disposition de toutes les personnes qui veulent travailler sur elle les documents qui sont publics, dossiers de presse article, parutions, offrir la possibilité de publier des recherches, mettre en réseau, bref contribuer à élargir encore les travaux sur son œuvre.

Notre présence nombreuse ici ce soir témoigne de combien son œuvre (voir photo) est vivante, combien elle s’incarne dans des pensées, des créations, des vies mêmes.
Je ne peux m’empêcher de me demander si elle aurait rêvé d’un jardin à son nom. J’aime à penser qu’elle aurait souri à cette idée et aimé nous y voir.
Merci à toutes celles et ceux qui à la ville de Paris ont donné temps et attention pour que cette inauguration ait lieu, à celles et ceux qui vont soigner ce jardin où nous nous retrouverons certainement parfois.

Avec l’inscription de son nom dans l’espace public je pense à cet phrase qu’elle écrit dans Les Guérillères : « Tout geste est renversement ».

Merci à elle qui nous réunit ici devant cette fontaine.

Suzette Robichon, co-présidente de l’association les ami/es de Monique Wittig, 17 septembre 2021

 

Merci à Sandra Daroczi et Marie Docher pour les photos !

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search