Cycle de conférences. “Wittig, sexualité & genre. Entre théorie et fiction”

 

Wittig, sexualité & genre. Entre théorie & fiction. Pour une littérature féministe contemporaine

Responsables et contacts : Agnes Vannouvong et Yasmina Foehr-Janssens.

 

Aux États-Unis, dans les années 90, Butler publiait Gender trouble et Sedgwick, Epistemology of the closet. A l’évidence, elles avaient lu les auteur.e.s de la French Theory – notamment Wittig à laquelle elles se réfèrent souvent. Dans l’histoire de l’épistémologie féministe, on pourrait parler d’un avant et d’un après Wittig. Aussi, de quoi l’héritage de Wittig est-il le nom ? Que disent la littérature contemporaine et la théorie à son sujet ?

Le contexte a son importance. Dès 1968, Wittig pense le mouvement féministe à venir et cherche à rompre avec le “contrat hétérosexuel” . La lecture biographique a aussi son importance pour comprendre certains enjeux. En effet, l’ancrage états-unien de Wittig est déterminant, surtout quand on sait combien les Études Genre sont liées à un phénomène de transfert culturel et linguistique. Ainsi, serait-il intéressant d’interroger les raisons profondes de cet exil américain. Pourquoi quitter sa patrie et changer de langue ? L’environnement détermine-t-il l’écriture ?

Le discours politique contemporain pointe les effets d’invisibilisation des minorités sexuelles. On parle de “savoir gay” alors pourquoi pas d’un “savoir lesbien” ? Les sous-représentations avalent le silence et conduisent à l’isolement. Aussi, la critique littéraire, la littérature, la performance ont plus que jamais un rôle à jouer. Avec L’Opoponax, Les Guérillères, Le Corps lesbien, La pensée straight, Wittig fait son entrée en littérature. Comme elle l’explique dans Le Chantier littéraire, le travail de l’écrivain consiste à construire un “Cheval de Troie”, métaphore guerrière qui inscrit d’emblée l’écriture en territoire ennemi. L’écriture est fondamentalement politique. Telle une machine de guerre formelle qui subvertit les conventions littéraires et sociales. De la théorie à la fiction ‘ l’enseignement s’articule autour de trois pôles : la théorie, la fiction et la création.

 

Conférences & invités

7 octobre. Ilana Eloit (Institut des sciences sociales & Centre en Etudes Genre, Lausanne). “La théorie et l’épistémologie lesbienne de Monique Wittig : pour une histoire critique du Mouvement de libération des femmes”

4 novembre. Audrey Lasserre (Université catholique de Louvain). “Wittig et l’histoire littéraire”

18 ou 25 novembre. Sam Bourcier (Université Lille III). “Wittig, corps et biopolitique”

 

Les informations sont disponibles sur le site de l’université de Genève


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search