“Sexy Wittig” : Clémence Allezard, pour le podcast “Camille” de Camille Regache

“Elle s’appelait Monique. Lesbienne, écrivain, militante et une des fondatrices du MLF, elle n’apparaissait pas aux côtés de ses contemporaines au Panthéon des féministes françaises. Jusqu’à ce que la quatrième vague du féminisme et le militantisme sur les réseaux sociaux portent aux nues sa pensée politique. Qui était celle qui a un jour affirmé que “les lesbiennes ne sont pas des femmes” ?

Dans cet épisode hors-série, enregistré en direct et en public au Binge Audio Festival, Camille Regache reçoit la documentariste radio Clémence Allezard, qui a signé pour l’émission de France Culture “Une vie, une œuvre” le portrait d’une guérillère qui l’obsède, “Monique Wittig, (1935–2003), écrivain et lesbienne révolutionnaire”.”

Émission à écouter sur le site du podcast Camille (Binge)

 

***

Clémence Allezard

[J’étais l’invitée de Camille Regache samedi dernier dans le cadre du festival Binge Audio.

Et. Bon. Je n’ai toujours pas écouté. Je suis d’une grande admiration à l’égard de celles & ceux qui parviennent à organiser leur pensée, être calme et posée, intelligent intelligible sans oublier d’être subtilement drôle, et puis voilà quoi, pointu & sympa. J’étais dans une sorte d’apnée du cerveau et en pilote automatique, je suis étonnée que des mots soient effectivement sortis de ma bouche et ai formé un ensemble de signifiants audibles. (Enfin, askip, puisque comme je le disais, je n’ai toujours pas écouté.)]

Le programme était ambitieux. Nous avons donc effleuré plusieurs thèmes essentiels, voire carrément zappé certains d’entre eux. C’est d’ma faute. Par exemple, les luttes de pouvoir au sein du mouvement de libération des femmes, les dissensions notamment sur la question de l’hétérosexualité comme système, postulat central dans l’œuvre de Wittig. Je suis trop rapide et caricatural d’ailleurs quand je trace une ligne supposément nette entre lesbiennes et hétéro.
Et puis, nous n’avons pas parlé de la fameuse, la que trop, “les lesbiennes ne sont pas des femmes”.
J’avais pensé à une formule que les hétéros comprendraient. Dans le couple lesbien, il n’y a pas d’homme, cela en général on le conçoit bien malgré la sempiternelle et lesbophobe question “qui fait l’homme qui fait la femme”, il n’y a pas d’homme donc…  et il n’y a pas de femme non plus. Ces catégories là, en dehors de l’hétérosexualité n’ont plus cours.
Dans le couple, et selon un prisme lesbien sur le monde. C’est dans ce rapport social, d’appropriation, de domination, d’exploitation économique directe que l’homme créé la-femme.  Dire que ces catégories de sexe n’ont cours qu’en hétérosexualité, et sont la pierre angulaire du patriarcat, sans perdre de vue que “vivre en société c’est vivre en hétérosexualité”.
J’aurais essayé de résumer comme ça et aurais renvoyé à Colette Guillaumin sur le féminisme matérialiste (appropriation collective / appropriation privée).

Mais aussi, plus je pensais à cette phrase “Les lesbiennes ne sont pas des femmes”, plus je me disais “Wittig est toujours écrivain”.  Son attachement aux mots, le langage qui est sa “machine de guerre” , sa croyance, qu’elle partage avec Nathalie Sarraute (qui d’ailleurs sans se revendiquer féministe je crois, avait ôté les marques de genre grammatical renvoyant à l’idéologie de la différenciation sexuelle dans plusieurs textes) que “nos corps sont transformés par les effets des mots”, c’est un rapport d’écrivain aux mots. Les mots en littérature, et tout particulièrement chez Wittig, ce que Marguerite Duras a relevé dans son éloge de l’Opoponax, sont pris dans leur matériau brut, on peut tordre, renverser, réinventer leur sens, les sortir de et faire éclater leur gangue. Comme elle fait éclater le corps dans le Corps lesbien. On peut inventer à partir des mots-mêmes, de nouveaux territoires, imaginaires, idées, concepts… Des îles. Nommer ce qui n’a pas été nommé. L’effacé, le non dit, l’inter-dit (selon l’expression et la formulation de Dominique Bourque). La subversion  à partir des mots-mêmes pour faire advenir dans la langue ce sujet lesbien révolutionnaire.

Alors qu’est ce que ça provoque, chahute, bouscule, intime ou fait respirer en nous de dire “les lesbiennes ne sont pas des femmes”? qu’est-ce que ça ouvre comme fenêtre de réflexion, sur quel chemin ça nous mène pour penser l’ici et maintenant et pour inventer des ailleurs politiques, poétiques désirables? Il y a une solide pensée féministe matérialiste derrière la Pensée straight. Mais il y a toujours je crois l’écrivain, celle qui allie comme peu, le triptyque action, théorie, et utopie. (Les deux faces d’une même pièce, comme l’écrit Christine Delphy dans un article (passionnant et passionné) de Questions Féministes  consacré à l’œuvre littéraire de Wittig. C’est pas une solution politique clé en mains. C’est une invitation, je crois.

Dans les Guerrillères, Wittig écrit “ce qui  n’est pas enfin est également”.
Pour moi, “les lesbiennes ne sont pas des femmes” obéit à ce geste littéraire – politiquement très fort-  là.  “Ce qui n’est pas enfin est également”.

Et puis, peut-être qu’elle était assez désillusionnée à ce moment-là, et on la comprend, elle avait été trahie et ostracisée, quasi contrainte à l’exil, mais elle écrit aussi (dans Virgile, non, en 84 donc, si je ne trompe pas) “Le paradis du contrat social n’existe que dans la littérature”.
(Wittig en 78 quand elle prononce cette conférence qui se clot par “les lesbiennes ne sont pas des femmes” dit vouloir rompre le contrat social hétérosexuel.)

“Ce qui n’est pas enfin est également”.
Ça donne envie d’inventer je trouve, inventer nos îles, nos espaces de pensée en-dehors, des îles imaginées ou pour imaginer disloquer ce système particulièrement oppressif en cette période rance, penser nos utopies en actes, nos communautés d’amantes et les mots nouveaux et les nouveaux artifices pour raconter, qui les feront advenir.

Voilà ce que j’aurais aimé aussi dire. (entre mille autres choses javoue)

Et puis aussi, recommander chaudement les lectures qui m’ont beaucoup appris et permise de penser, car c’est par la conversation que se forme la pensée comme dirait ce bon vieux Blaise P., c’est à dire les travaux de Catherine Ecarnot (L’écriture de Monique Wittig à la couleur de Sappho, bijou <3), je garde d’ailleurs un souvenir merveilleux et ému de notre rencontre il y a 4 ans alors que je fabriquais le une vie une œuvre Wittig, renvoyer aussi à la thèse d’Ilana Eloit qui atteste de l’impossibilité de penser l’hétérosexualité dans le MLF et pose la question de l’universalité du sujet “femme” dans le féminisme (et de ses sacrifiées). Et puis, remercier encore et toujours Suzette Robichon bien sûr.
Je vous invite aussi à consulter le site des Études Wittigiennes qui répertorie, rassemble, des articles, nouvelles, initiatives émissions inédites autour de l’œuvre de Wittig. Pour “lire écrire penser et agir” avec elle. Excellent projet. https://etudeswittig.hypotheses.org

Un grand merci à Camille pour sa patience, sa confiance et sa bienveillance.

Clemence Allezard est documentariste radio et a notamment réalisé en 2017 le documentaire « Une vie une œuvre, Monique Wittig, écrivain et lesbienne révolutionnaire », ainsi que d’autres documentaires.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search