Gabi Strucchi – collage Monique Wittig

Gabriela Strucchi – Tous droits réservés

Gabriela Strucchi – Tous droits réservés

 

Texte de l’autrice en espagnol, traduit plus bas. Voir aussi le site de Gabriela Strucchi.

 

COMO Y PORQUE

Me  interesa resaltar que para estos enfoques las reivindicaciones objetivas y políticas de los movimientos no se consideran como “algo dado”, algo obvio. Al contrario, recordemos que incluso una reivindicación tan aparentemente “natural o evidente” como el derecho al voto femenino era rechazado como antinatural por la mayor parte de la sociedad, mujeres incluidas, y algunas de ellas notables luchadoras por otros derechos de las mujeres.  Por tanto, se considera que el proceso por el que un colectivo social llega a definir como injusto y objeto de cambio social una situación generalmente legitimada por la tradición cultural, la costumbre, es una de las contribuciones más importantes de los movimientos al cambio social.

Ante las atrocidades tenemos que tomar partido.

El silencio estimula al verdugo”.

YO MUJER QUE LUCHA

Mi forma de contribuir a ese cambio social es a través del arte.

Siempre se dijo que la obra de arte es la concentración del mundo general en un mundo particular. Pero una obra de arte no es una descripción de un suceso en el diario. En la obra de arte eso será secundario, en ella lo fundamental es estimular la sensibilidad. Por lo tanto crear conciencia en el espectador.

La posibilidad de deconstruirnos, desarmar y desandar para volver a pensar y decir, de visibilizar aquello que es  y que viene siendo, la gran oportunidad de crear algo nuevo, mas igualitario y justo, mas bello, digno y esperanzador

La representación de la deconstrucción a través de la elección de la técnica del collage que con pedazos de papeles rotos de revistas implica la construcción a partir desde la destrucción. Un político q se transforma en una mujer golpeada, una modelo que se transforma en un puño que pelea, un árbol en un pañuelo, un vestido en una boca que grita!

Destruir una imagen, ver solo los colores, salir de una realidad, romper estructuras…y armar otra realidad

POR QUE GRITAN?

A lo largo de la historia, muchas mujeres han luchado por conseguir un espacio destacado en un mundo que parecía ser dominado por los hombres. Muchos avances y costumbres han cambiado a lo largo de los años gracias a su esfuerzo que, de una forma u otra, ha marcado un antes y un después.

El papel de las mujeres en la historia fue silenciado durante siglos. Más aún el de aquellas que fueron rebeldes, revolucionarias, que se sobrepusieron a las condiciones de su tiempo e imaginaron otras impensables.

Este es mi reconocimiento y mi forma de revindicar a estas mujeres.

PROYECTO DE IDA Y VUELTA

Este proyecto consta de dos partes

Considero que el arte plástico muchas veces pone al receptor en un lugar solo de espectador. Por eso me parece interesante incluirlo en la primer parte que seria la información para la producción de la obra,  insto a aportar personajes que le sean representativos por su historia o su accionar informándose e interiorizándose sobre mujeres que han sido relevantes. Detrás de la consigana SI FUESES HISTORIA QUIEN SERIAS. Esto implica una interiorizacion en el tema informándose. Y conociendo.

Luego yo produzco la obra para luego llevarla a una muestra. la muestra adjunta un texto con algunos datos relevantes de cada una de las mujeres representadas.. de esta manera el espectador puede descubrir más de cada una.

EL ARTE COMO COMUNICACIÓN

PROCESO:

Encodificación Artista

Decodificación Espectador

El mensaje seria un campo común creado por el  artista (emisor) y el espectador(receptor), la sociedad genera los personajes y a su vez genera la cultura, es como que se retroalimenta, se produce un ida y vuelta

En este momento en particular de la pandemia, en el que las muestras de arte se encuentran inactivas, mi nuevo proyecto es el de conseguir los fondos necesarios para la produccion de un libro de obra que incluya a 50/60 (cuadros) mujeres relevantes de la historia, con sus diferencias, con sus individualidades, con sus pensamientos y sus luchas, con las diferentes epocas en las que lucharon, con las diferencias etnicas y de lugares. Mientras tanto sigo investigando y produciendo obra.

cabe destacar que todas las obras estan realizadas con papeles de revistas cortados a mano, reutilizar. reconstruir, deconstruir.

 

COMMENT ET POURQUOI

J’aimerais souligner que pour cette présentation, je ne considère pas les revendications objectives et politiques des mouvements comme “quelque chose de donné”, d’évident. Au contraire, rappelons que même une revendication aussi apparemment “naturelle ou évidente” que le droit de vote féminin a été à l’époque rejetée comme contre nature par la plupart de la société, y compris par les femmes, et certaines d’entre elles se sont remarquablement battues pour d’autres droits des femmes.  Par conséquent, je considère que le processus par lequel un collectif social en vient à définir une situation, généralement légitimée par la tradition culturelle – l’habitude -, comme injuste et comme devant faire l’objet d’un changement social, est l’une des plus importantes contributions des mouvements au changement social.

Face aux atrocités, nous devons prendre parti.

Le silence encourage le bourreau.

JE SUIS UNE FEMME QUI SE BAT

Ma façon de contribuer à ce changement social passe par l’art.

On a toujours dit qu’une œuvre d’art est la condensation du monde général dans un monde particulier. Mais une œuvre d’art n’est pas une description d’un événement, comme dans un journal. Dans l’œuvre d’art cela sera secondaire ; pour elle ce qui est fondamental est de stimuler la sensibilité. Pour créer une conscience chez le spectateur.

La possibilité de se déconstruire, de désarmer et de défaire pour penser et dire à nouveau, pour rendre visible ce qui est et ce qui a été, la grande opportunité de créer quelque chose de nouveau, plus égalitaire et juste, plus beau, digne et plein d’espoir.

La représentation de la déconstruction par le choix de la technique du collage avec des morceaux de papier déchiré provenant de magazines implique la construction à partir de la destruction. Un politicien devient une femme battue, un mannequin devient un poing de combat, un arbre devient un mouchoir, une robe devient une bouche hurlante !

Détruire une image, ne voir que les couleurs, quitter une réalité, briser les structures… et construire une autre réalité.

POURQUOI CRIENT-ELLES ?

Tout au long de l’histoire, de nombreuses femmes se sont battues pour obtenir une place de choix dans un monde qui semblait dominé par les hommes. De nombreux progrès et coutumes ont évolué au fil des ans grâce à leurs efforts qui, d’une manière ou d’une autre, ont marqué un avant et un après.

Le rôle des femmes dans l’histoire a été passé sous silence pendant des siècles. Encore plus celle des rebelles, des révolutionnaires, celles qui ont surmonté les conditions de leur époque et en ont imaginé d’autres impensables.

Ce travail représente ma reconnaissance et ma façon de défendre ces femmes.

PROJET D’ALLER-RETOUR

Ce projet se compose de deux parties

Je considère que l’art plastique place souvent le récepteur dans le rôle de spectateur. C’est pourquoi je pense qu’il est intéressant de l’inclure dans la première partie, qui serait l’information destinée à la production de l’œuvre, j’invite à aborder des personnages qui sont emblématiques pour leur histoire ou leurs actions, en informant et en intériorisant sur les femmes qui ont été remarquables. Derrière le slogan SI VOUS ÉTIEZ L’HISTOIRE, QUI SERIEZ-VOUS ? Cela implique une intériorisation dans le sujet, au fil de l’information. Et apprendre à connaître.

Ensuite, je produis l’œuvre pour l’apporter ensuite à une exposition. L’exposition comprend un texte contenant des informations pertinentes sur chacune des femmes représentées… de cette façon, le spectateur peut en découvrir davantage sur chacune d’elles.

L’ART COMME COMMUNICATION

PROCESSUS :

Encodage Artiste

Décodage Spectateur

Le message serait un champ commun créé par l’artiste (émetteur) et le spectateur (récepteur), la société génère les personnages et génère à son tour la culture, c’est comme un feedback, il y a un va-et-vient.

En ce moment particulier de la pandémie, où les expositions d’art sont inactives, mon nouveau projet est de réunir les fonds nécessaires à la production d’un livre de travail qui comprend 50/60 (photos) femmes pertinentes de l’histoire, avec leurs différences, avec leurs individualités, avec leurs pensées et leurs luttes, avec les différentes époques dans lesquelles elles ont combattu, avec les différences d’ethnicité et de lieux. En attendant, je continue à faire des recherches et à produire des travaux.

Il est à noter que toutes les œuvres sont réalisées avec des papiers de magazines découpés à la main. Réutiliser, reconstruire, déconstruire.

Voir aussi le site de Gabriela Strucchi.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search