Denise Le Dantec, Scum, un rêve

À lire, autour de Denise Le Dantec et du souvenir de Valerie Solanas, entretien avec Liliane Giraudon. Sur Diacritik.

Je pense avoir découvert SCUM par trois voies différentes : celle de Musidora, celle de mon amie Danielle Tabone-Kormos, celle de Maurice Girodias-Kahane. Il se trouve que des réunions de Musidora ont eu lieu chez moi, à la suggestion de Marcelle Fonfreide-Dalmas, qui dirigeait la revue du Nouveau Commerce dans laquelle j’avais été publiée, au 18 rue Dauphine, Paris 6e. Il y avait là une trentaine de femmes que je connaissais déjà par la revue Sorcières de Xavière Gauthier. Chantal Ackerman filmait Jeanne Dielman, l’entretien Les Parleuses entre Marguerite Duras et Xavière Gauthier était publié, Monique Wittig faisait paraître Les Guerillères, Paroles… Elles tournent ! était publié. Les Éditions des Femmes venaient d’être créées ainsi que le MLF. Je me souviens particulièrement d’Agnès Varda, Viviane Forrester, Liliane de Kermadec, Nicole-Lise Bernheim, Michèle Causse, Alicia de Gamboa… Le centre du Glife était créé rue des Prouvaires. Les réunions débutaient à 20h30. Delphine Seyrig apportait des roses blanches, Agnès Varda nous alertait sur la rédaction des contrats… Le livre des Guerrières circulait entre nous.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Ami·es de Monique Wittig (15 février 2024). Denise Le Dantec, Scum, un rêve. Études wittigiennes / Wittig Studies. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w82a


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search