Catherine Francblin, “Monique Wittig, Virgile, non”, Art Press, juin 1985

La Divine Comédie revue et corrigée par l’auteur de L’Opoponax. La promenade se déroule aujourd’hui, en plein San Francisco. Il y a moult cadavres, moult cris de douleurs, membres arrachés et chagrins divers. Le spectacle des âmes damnées s’y transforme en scènes de cinéma porno et le fin fond de l’enfer est un bordel pour lesbiennes. “Ça ressemble, écrit l’auteur, à un cauchemar d’envol non suivi de retour“. De la très grande littérature. De la vraie littérature : à lire absolument.

 

Source : Catherine Francblin, “Monique Wittig, Virgile, non”, Art Press, juin 1985, retranscrit par Aurore Turbiau sur le carnet Études wittigiennes / Wittig Studies, mis en ligne le 26 mai 2021, https://etudeswittig.hypotheses.org/714.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search