Kate Robin — Au-delà du sexe : le projet utopique de Monique Wittig

Résumé. Voyant une supercherie dans la distinction sexe-genre, Monique Wittig préconisa de reprendre la notion de sexe, qui est toujours, puisque défini par la société, un sexe social. À travers les œuvres de fiction et théoriques de cette écrivaine et militante, l’article repense le masculin comme universel et analyse comment opère la hiérarchie sexuée, notamment par la langue. Le “chantier littéraire” si cher à Wittig sert à dépasser les limites du connu, du dicible, afin d’engager d’autres paradigmes d’abord dans l’imaginaire, puis dans le réel. La base de l’utopie wittigienne est l’abolition des sexes, et par extension d’une pensée dichotomique, que ce soit les genres grammaticaux, les étiquettes “mâle/femelle”, voire le choix de partenaire en fonction de catégories préétablies… Revenir sur le sexe à la place du genre comme catégorie d’analyse facilite son abolition comme obligation sociale défavorable aux femmes. Selon Wittig, tant qu’existent les sexes, l’inégalité persistera. Par la littérature, elle expérimente des solutions pour aller au-delà de la construction sexuée, en faveur d’une pluralité d’identités humaines.

Abstract. According to the writer and activist Monique Wittig, it is misleading to pretend there is a difference between sex and gender, since sex is also defined by society as a means of classifying its members. Using Wittig’s works of fiction and theory, this article criticizes the use of the masculine as universal and analyses how sexual hierarchy operates, notably through language. The “literary building site” so dear to Wittig serves to surpass the limits of what is knowable or sayable, in order to engage other paradigms, first in the imagination, then in reality. The basis of wittigian utopia is the abolition of sexes, and by extension of binary thought, be this through grammatical gender, the labels “male” and “female”, or even the choice of partner based on preestablished categories. Returning to sex in the place of gender as a category of analysis facilitates its abolition as a societal obligation that discriminates against women. According to Wittig, as long as the sexes exist, inequality will persist. Through literature, she experiments with different solutions in order to go beyond sex-based constructions, in favour of a plurality of identities.

 

Kate Robin, « Au-delà du sexe : le projet utopique de monique wittig », Journal des anthropologues, 124-125 | 2011, p. 71-97. DOI : https://doi.org/10.4000/jda.5279

À lire sur le Journal des anthropologues.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search