Les Jaseuses, “Passer dans les corps des arbres. Hybridations végétales autour de l’œuvre de Monique Wittig”, exposition et vernissage à la MPAA Broussais du 16 septembre au 16 octobre 2023

Dans le cadre de #Wittig2023, quatre membres des Jaseuses (Isaline Dupond Jacquemart, Emma Dos Santos, Claire Pollet et Caroline Dejoie) organisent une exposition intitulée “Passer dans les corps des arbres. Hybridations végétales autour de l’œuvre de Monique Wittig” présentée à la MPAA Broussais (100 rue Didot, Paris 14) du 16 septembre au 16 octobre 2023.

Onze artistes féministes et queer plasticien-nes et/ou performeureuses explorent les hybridations végétales en relation à l’œuvre littéraire de Monique Wittig : Mahé Cabel, Caroline Dejoie, Alice Diaz, Isaline Dupond Jacquemart, Lissania Elchire, Audrey Japaud Garcia, Camille Laforcenée, Luana La Rosa, Roxanne Maillet et Caroline Chauvelot, Peter Trelcat.

Le vernissage de l’exposition aura lieu le week-end du 16 et 17 septembre ! Au programme : performances, pot de lancement, prises de parole des artistes, atelier d’écriture (inscription à l’adresse mail lesjaseuses.carnet@gmail.com), lectures collectives etc..

Dans le Brouillon pour un dictionnaire des amantes (1976), à l’entrée « OBI » l’hybridation entre humainE et végétalE est abordée à travers l’idée de passage :

OBI
[…] Elles disent qu’elles passent dans les corps des arbres au lieu des corps de leurs animales préférées parce que la vie végétale est lente.

Brouillon pour un dictionnaire des amantes, p. 163

De nombreuses métamorphoses végétales traversent les textes de Monique Wittig. Elles traversent aussi nos corps de lecteurices (novices ou aguerri-es) et nos imaginaires queer et (éco)féministes. On pense à L’Opoponax (1964), plante mystérieuse qui accompagne le personnage principal dans un processus d’identification et de découverte de son lesbianisme ; aux Guérillères (1969), qui organisent leurs vies avec et dans la nature ; à la manière dont, dans Le Corps lesbien (1973), le paradigme végétal permet de repenser le rapport érotique à son corps et au corps de son amante. Ces rapprochements entre corps humain et végétal dessinent de nombreuses pistes que les artistes ont été invité-es à emprunter : la possibilité de se connecter voire de fusionner avec nos environnements ; la capacité d’expérimenter d’autres manières d’être au monde ; la faculté de repenser les frontières des corps et leurs contacts avec ce/celleux qui l’/es entoure/nt ; la réinvention d’imaginaires érotiques associant traditionnellement les femmes aux fleurs via un retournement parodique ; la mise en lumière de l’enfermement des corps aliénés dans des états végétatifs ; la réhabilitation d’identités dites monstrueuses ; l’affirmation d’une lutte commune contre l’exploitation de la nature et l’oppression systémique des minorités de genre et sexuelles. Autant d’axes qui permettent de penser une exposition où le texte wittigien puisse se ramifier pour donner naissance à un réseau d’œuvres déployant les significations du thème de l’hybridation végétale.

Retrouvez le détail du programme du vernissage, la note d’intention de l’exposition, une bibliographie ainsi  que toutes les informations sur le site internet des Jaseuses !

Tous droits réservés.



Citer ce billet
Ami·es de Monique Wittig (2023, 4 septembre). Les Jaseuses, “Passer dans les corps des arbres. Hybridations végétales autour de l’œuvre de Monique Wittig”, exposition et vernissage à la MPAA Broussais du 16 septembre au 16 octobre 2023. Études wittigiennes / Wittig Studies. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/okuy

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search