Christine Delphy, “La Passion selon Wittig”, Nouvelles Questions Féministes, n°11-12, hiver 1985, p. 151-156

Dans le numéro 11-12 de Nouvelles Questions Féministes (1985), Christine Delphy rend compte de la parution de Virgile, non, dont elle rapproche la publication de celle du Voyage sans fin, la même année, dans la revue Vlasta.

Elle s’y questionne sur l’absence d’études, en France, sur les textes de Monique Wittig, pourtant très connus des féministes ; elle explique en partie ce manque par l’intérêt porté à “l’écriture-femme”. L’analyse lesbienne et “l’analyse féministe radicale qui sous-tend[ent] la fiction de Wittig1” s’opposent radicalement aux écritures de la “néo-féminité” ou de la “féminitude” d’autres écrivaines célébrées au même moment.

Christine Delphy retrace le parcours de Monique Wittig au sein du mouvement de libération des femmes, et souligne le travail crucial qu’elle y a mené notamment sur la question lesbienne. “Beaucoup d’écrivaines ont fait — ou laissé savoir — qu’elles étaient “homosexuelles” mais Wittig est la première — et à ce jour la dernière — à avoir placé le lesbianisme au centre de sa politique, et sa politique au centre de son travail d’écriture. Il serait trop long d’argumenter ceci, aussi me contenterai-je d’affirmer : la façon dont Wittig intègre ou plutôt invente le lesbianisme est unique dans les annales de la littérature française.2

Article à lire sur JStor.

 

Notes :

  1. Christine Delphy, “La Passion selon Wittig”, Nouvelles Questions Féministes, n°11-12, hiver 1985, p. 151-156, p. 152. []
  2. Art. cit., p. 153. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search