Marcelle Fonfreide, “Le Corps lesbien”, Le Nouveau commerce, 1973

“J/e n’ai pas droit de cité dans le lieu où tu vis1”, écrit Monique Wittig dans Le Corps lesbien. Ce sera, par surprise, par effraction qu’elle entrera dans la réalité, qu’elle affirme une existence, la sienne.

Tout le contraire de ce qu’on appelle communément un livre érotique (l’érotisme use du corps féminin). Le Corps lesbien se situe ailleurs, dans un lieu fictif, une île où parlent, rient, luttent, vont et vivent “les Fictives”, les Femmes.

Le langage porte la livrée de l’homme, il est domestiqué depuis toujours. Pour Monique Wittig, les mots n’étaient pas disponibles, il lui a fallu les dé-masquer, les démarquer, comme on démarque une étiquette. Voilà pourquoi, sans doute, la lisant, on aborde un nouveau Monde, l’Aurore levée sur la Terre renouvelée.

Voici les théories de jeunes filles sur les plages vierges. Voici les Guérillères, troupe sauvage, race nouvelle, indomptées, indomptables. Voici les Femmes, détaillées de l’orteil au cheveu, de la larme au chyle, du sang à l’os, tour à tour serpentes, insectes, orchidées, félines, cavales. Voici enfin les mots, coquillages nacrés, étincelants, qui s’ouvrent pour la première fois, vivants, odorants, lavés de toute souillure.

Le premier livre de Monique Wittig, L’Opoponax, avait à sa parution (1964) déconcerté les uns, mais quelques autres avaient reconnu l’œuvre “la plus intéressante depuis longtemps”. Le “on” collectif, corps naissant par l’écriture, d’une classe de petites filles, dénonçait déjà la difficulté d’être Je.

Trois ans plus tard Les Guérillères affirmaient la volonté du combat singulier.

Le Corps lesbien, hymne, chant religieux, jaillit dans le silence, morne et accablant qui est le nôtre.

Il suffit de lire, de se pencher pour cueillir le printemps d’une nouvelle vie.

On entend un roulement sourd, les éclairs se succèdent aveuglants, l’orage éclate avec un fracas tel qu’il couvre d’un seul coup le bruit de mille voix. Elles fuient à présent le long des allées sablonneuses de l’île, cherchant l’abri des pavillons ouverts. La pluie s’est mise à crépiter. Le tam-tam est frappé au loin quelque part brutalement suivant un rythme rapide cette fois. Leurs voix s’unissent pour chanter. L’odeur des feuilles mouillées et de l’herbe des jardins m/e parvient toute-puissante, tu m//es debout face à face, j/e vois que tu pleures et que tu ris tout à la fois taure génisse agnelle de lait m/a plus aimée qu’à jamais le chagrin te déserte2 (Éditions de Minuit, 1973.)

 

Source : Marcelle Fonfreide, “Le Corps lesbien”, Le Nouveau commerce, 1973, retranscrit par Aurore Turbiau sur le carnet Études wittigiennes / Wittig Studies, mis en ligne le 26 avril 2020, https://etudeswittig.hypotheses.org/478.

 

 

Notes :

  1. Monique Wittig, Le Corps lesbien, Paris, Éditions de Minuit, 2015 (1973), p. 149. []
  2. Op. cit., p. 117. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search