Pascal Pia, “La musique de Céline”, Carrefour, 25 novembre 1964, p. 18

Cet article est un compte-rendu croisé de deux ouvrages publiés en 1964 : Histoire de Georges Guersant de Jean Hougron, et L’Opoponax de Monique Wittig. La première — et la plus longue — partie de l’article est consacrée à Hougron, la seconde à Wittig.

***

[…] L’Opoponax, de Mme Wittig, se compose d’une succession de petites phrases dont chacune mentionne un fait, précise un détail ou décrit une situation : “Catherine Legrand tourne en rond dans le jardin. Elle va jusqu’à la grille et regarde les gens passer sur la route. On voit quelques noyaux de pêche et de prune dans la rigole.1” Seulement, il arrive que d’une phrase à l’autre le champ visuel ait changé. Des enfants se promenaient en pleine campagne, cueillant des fleurs. À la phrase suivante, ils sont en classe, ânonnant un texte.

La première fois, cette discontinuité cause une légère surprise, mais le procédé est si simple qu’on s’y accoutume promptement. On est même tenté d’y recourir à son tour. Ayant fait deux lectures de l’ouvrage, d’abord sans en négliger un seul mot, puis en tournant les pages avec un peu de hâte, je puis dire que L’Opoponax supporte très bien d’être écourté, pourvu qu’on en retienne les meilleurs morceaux qui sont, à mon sens, ceux où les fillettes observées par Mme Wittig rivalisent d’entrain avec des garçons de leur âge. L’ardeur joyeuse avec laquelle ces enfants se lancent à la figure des assiettées de pommes de terre en purée a quelque chose de réconfortant.

Quant à l’opoponax, Catherine Legrand voudrait bien le dessiner. Mais comment faire : “On ne peut pas le décrire parce qu’il n’a jamais la même forme. Règne ni animal, ni végétal, ni minéral, autrement dit indéterminé. Humeur, instable (sic), il n’est pas recommandé de fréquenter l’opoponax2” Pour ma part, je ne m’y risquerais pas.

 

Source : Pascal Pia, “La musique de Céline”, Carrefour, 25 novembre 1964, p. 18, retranscrit par Aurore Turbiau sur le carnet Études wittigiennes / Wittig Studies, mis en ligne le 17 avril 2020, https://etudeswittig.hypotheses.org/438.

 

Notes :

  1. Monique Wittig, L’Opoponax, Paris, Éditions de Minuit, 2015 (1964), p. 11. []
  2. Op. cit., p. 179. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search