L’Express, 7 décembre – 13 décembre 1964, n°703, p. 74

Monique Wittig a obtenu, à vingt-neuf ans, le prix Médicis pour son premier roman, “L’Opoponax” (Editions de Minuit). La victoire fut sans surprise : Otto Hahn (dans “L’Express” du 9 novembre), puis Claude Simon (le 30 novembre) ont dit ici tout le cas qu’ils faisaient de “L’Opoponax”. Monique Wittig a eu neuf voix dès le deuxième tour de scrutin : Nathalie Sarraute, Marguerite Duras, Alain Robbe-Grillet, Félicien Marceau, etc. l’ont soutenue sans défaillance. Jean Cayrol préférait Daniel Anselme (“Les Relations”), Claude Mauriac penchait pour Brice Parain (“Joseph”), Jean-Pierre Giraudoux s’est abstenu. Mais Monique Wittig n’avait pas d’opposant farouche : “Pas d’“opoposant” à “L’Opoponax”, a dit Marguerite Duras après les délibérations.

 

Source : L’Express, 7 décembre – 13 décembre 1964, n°703, p. 74, retranscrit par Yannick Chevalier sur le carnet Études wittigiennes / Wittig Studies, mis en ligne le 14 avril 2020, https://etudeswittig.hypotheses.org/427.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search