Audioblog “Monique Wittig : oeuvre politique et littéraire”, émission de radio Planète Féministe, 7 septembre 1999

Audioblog Arte Radio publie l’archive d’une émission de la radio Planète Féministe : “Monique Wittig : œuvre politique et littéraire”. Cet entretien, a été réalisé par Marie-Anne Juricic, le 27 juillet 1999 chez Monique Wittig à Paris et diffusé le 7 Septembre 1999.

Cette émission Planète Féministe a été conçue et animée par Marie-Anne Juricic de 1997 à 2006, tous les mardis de 19h à 20h30, en direct sur Fréquence Paris Plurielle.

Cette émission portait sur la question des femmes, des rapports sociaux de sexe, du féminisme et traitait également de thèmes relatifs aux sciences humaines, aux sciences sociales et politiques, à la philosophie, à la science ou à l’actualité.

Cet entretien inédit avec Monique Wittig se compose de deux parties entrecoupées d’interludes musicales et ponctuées d’extraits lus par Monique Wittig elle-même.

Une première partie se concentre sur les œuvres théoriques et politiques de Monique Wittig

Alors ça parait un peu paradoxal ce principe de l’égalité dans la différence : on est différent de qui ? Qui est différent ? Quoi est différent ? Quelle est la différence ? […] on nous bâti, on nous force, on nous déforme, pour faire de nous des soit disant femmes c’est-à-dire quelque chose que l’on n’a pas envie d’être, quelque chose de complétement contraignant. A partir d’assez jeune, on ne peut pas faire ci ou ça, on n’a pas les mêmes métiers. […] Simone de Beauvoir en était très consciente quand elle a publié Le Deuxième sexe de ce qu’elle a appelé « Le mythe de la femme » qui consistait à revendiquer soit disant ce qu’il y avait de bon dans le mauvais : être belle, douce, non-violente etc être femme quoi, féminine. Ca m’a beaucoup frappé son analyse sur le mythe de la femme ; je l’ai traduit en anglais par le mythe de « Woman-is-beautiful » avec des tirets comme Roland Barthes avait l’habitude de faire. Ca résume tout : on veut nous faire croire que être femme c’est beau alors que c’est horrible, c’est absolument horrible […] sans analyser tous les détails de cette oppression, en allant des vêtements et de l’obligation de porter certaines choses, de bouger d’une certaine façon jusqu’à la nécessité de s’attendre à être tuée.

Les mots « femme » et « homme » auront toujours un sens hétérosexuel. Vous parlez du patriarcat mais moi je n’emploie jamais ce mot parce que justement on retombe dans la dichotomie patriarcat/matriarcat et en tant qu’homosexuelle je n’ai pas plus confiance au matriarcat qu’au patriarcat. Donc utiliser les termes « homme » et « femme » ce n’est pas du tout comme dire les cheveux noirs, le nez court ou autre chose de ce genre, puisque ca ne fait pas référence à des qualités ou des attributs biologiques, ce sont des choses qui sont de l’ordre de la dénotation. Et vous savez très bien que « femme » et ho sont tellement connotés qu’on ne pourra jamais les désengluer de leur sens, c’est impossible. Un mot c’est une forme mais c’est aussi un sens. Si on pouvait s’en tenir à la forme du mot, oui vous avez raison. Mais le sens est là, qui l’attire très lourdement.

La seconde partie se penche sur ses œuvres littéraires

[Les Guérillères] a été entièrement écrit avec l’idée d’annuler la chronologie, de commencer par la fin. Le début serait la fin : les guérillères auraient gagné et on ne verrait leur combat qu’à la fin du livre. En cela, je voulais utiliser une technique que les épiques utilisait autre fois, qui est le cercle. Utiliser aussi un héros collectif « elles » a qui j’ai donné le nom de guérillères parce qu’elles ne peuvent pas avoir de noms. Ce ne sont pas des femmes, ce sont des guérillères, voilà. Et la raison pour laquelle il fallait que le début soit la fin c’est qu’il fallait entrer dans ce livre en commençant par un elles qui devait surprendre parce que d’abord il était tout seul, il n’y avait pas un il, et ensuite parce que c’était le héros de l’action […] Bien que le récit est à l’envers et tourne comme un cercle il y a quand même un sous récit, qui rétablit une idée de forme, forme embryonnaire, de chronologie. […] Pour parler des Guérillères, je devrais dire que les cercles des Guérillères qui partagent les trois parties étaient d’abord des labyrinthes, je pourrais même dire que Georges Perrec avait dessiné de très beaux labyrinthes pour ces cercles, et puis ils se sont vidés peu à peu. Il semble que pour moi ils sont une sorte de modus operanti, une façon de pouvoir lire le livre, d’expliquer que le livre tourne et je cite à ce propos une phrase de Pascal qui est […] « le cercle dont le centre est partout et la circonférence nulle part ».

Le Corps Lesbien est une entreprise de lesbianisation systématique culturelle de tout ce qui existe, de tout ce qu’on a aimé, de tout ce qu’on a aimé lire, y compris les textes les plus canoniques et les plus chéris […]. Il fallait un texte extrêmement violent pour rendre vivant, fort l’idée de deux femmes ensemble, que ce soit comme un espace de dévoration cette passion, qu’elle soit vraiment carnale, mais je vous fait remarquer qu’elles ressuscitent de page en page. Ces tu et ces j/e ressuscitent. […] Je me suis beaucoup amusé avec ce livre, il joue sur le sarcasme et ensuite j’espère que le sarcasme mène à ce que j’appellerai quelque chose de poétique puisque je voyais dans ma tête des chants, chaque passage était un chant pour moi.

Cet entretien est à écouter en entier sur Audioblog !



Citer ce billet
Ami·es de Monique Wittig (2023, 12 avril). Audioblog “Monique Wittig : oeuvre politique et littéraire”, émission de radio Planète Féministe, 7 septembre 1999. Études wittigiennes / Wittig Studies. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/okty

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search