Anonyme, “Lire L’Opoponax de Monique Wittig (parce que c’est un livre qui vous fera retrouver votre enfance)”, dans Elle, 19 novembre 1964, rubrique “À l’agenda de la femme intelligente”

Écoutez d’abord ce que Marguerite Duras dit de ce livre : “C’est peut-être, c’est même à peu près sûrement le premier livre moderne qui ait été fait sur l’enfance”… C’est un livre à la fois admirable et très important parce qu’il est régi par une règle de fer, jamais enfreinte ou presque jamais, celle de n’utiliser qu’un matériau descriptif pur, et qu’un outil, le langage objectif pur Ce dernier prend tout son sens. Il est celui-là même – mais porté au plain-chant par l’auteur – dont l’enfance se sert pour déblayer et dénombrer son univers”… “Les adultes, même s’ils l’ignorent, connaissent le langage opoponax. Il leur suffira de lire le livre de Monique Wittig pour qu’ils s’en souviennent.”

Ce roman (281 pages ; 13,90 F ; Editions de Minuit) est le premier livre de Monique Wittig.

Qu’est ce que “L’Opoponax” ? C’est… n’importe quoi : un personnage, un animal, un monstre que des filles de 10-12 ans inventent et qui est leur secret de pensionnat. “J’ai choisi ce mot pour le titre, parce que c’est un beau mot, dit Monique Wittig, un mot qui évoque les parfums de l’enfance et les racines grecques.”

L’histoire de l’auteur : Monique Wittig n’a pas 30 ans. Visage doux, style professeur-timide-aux-yeux-tendres (voir photo). Célibataire, sans enfant. Née en Alsace. Enfance à Rodez et à Montmorency. Etudiante en Sorbonne (Lettres). Emploi à la Bibliothèque Nationale. Ecrit des nouvelles, des récits qu’elle envoie aux Editions de Minuit où on l’engage comme correctrice. Un choc en découvrant les films de Godard : elle comprend qu’elle doit chercher une autre façon d’écrire. Elle écrit “L’Opoponax” en six mois.

En écoutant parler Monique Wittig : “Toutes les enfances, même les démunies, sont par certains de leurs moments des enfances heureuses”. “Il semble qu’il est très difficile pour une citadine de parler de l’enfance : une véritable enfance a besoin d’espace”. “Quand je m’amuse à lire mon livre à ma nièce qui a cinq ans, certains épisodes la font rire : elle se retrouve parmi ces enfants imaginaires.” “J’écris moins pour raconter une histoire que pour concilier deux langages : celui de l’enfance et celui de l’adulte.”

Maintenant, découvrez “L’Opoponax” : voici deux extraits du livre (pages 142 à 145 et 230-231)1

 

Source : Anonyme, “Lire L’Opoponax de Monique Wittig (parce que c’est un livre qui vous fera retrouver votre enfance)”, dans Elle, 19 novembre 1964, rubrique “À l’agenda de la femme intelligente”, retranscrit par Yannick Chevalier sur le carnet Études wittigiennes / Wittig Studies, mis en ligne le 17 mars 2020, https://etudeswittig.hypotheses.org/389.
  1. Note : la retranscription n’est pas complète, il manque la fin — à compléter []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search