Le Voyage continue ici ce soir, avec vous” – Suzette Robichon

 

Lors des lectures musicales du Voyage sans fin de Monique Wittig à la Maison de la Poésie, les 24, 25 et 26 juin 2022, Suzette Robichon ouvrait la représentation avec le texte qui suit :

Bonsoir,

Dans les Guérillères, Monique Wittig écrit, exhorte :
« Souviens toi… Si tu ne te souviens pas, invente… »
Cette phrase découverte à la sortie du livre en 1969 m’a accompagnée et m’accompagne toujours. Je cherchais alors mon histoire, nous cherchions notre histoire et nous la vivions aussi, nous voulions inventer nos histoires, de nouvelles histoires.
Aujourd’hui je la redis et la chéris toujours.
« Si tu ne te souviens pas, invente.. »

Je me souviens de l’émotion en lisant Wittig. Après l’Opoponax, c’est Les Guerillères en 1969, puis Le Corps lesbien en 1973. Imaginez le choc délicieux en voyant ce titre en librairie, publié aux éditions de Minuit. Le corps lesbien. 1973 c’était presqu’il y a 50 ans… essayez d’imaginer ce qu’il fallait d’audace, pour écrire un tel livre avec un tel titre ! Et une telle inventivité littéraire, y compris dans la typographie du texte.
Nous voulons célébrer l’an prochain ce texte, célébrer ainsi tout ce que Wittig inspire, bref faire de 2023, 20 ans après sa disparition, une année Wittig.
Puis il y eut Brouillon pour un dictionnaire des amantes, écrit avec sa compagne Sande Zeig, en 1976. Et en 1980 cet essai La Pensée straight. Son analyse du système hétéropatriacal dans lequel nous vivons est plus que jamais d’actualité.
Je me souviens de mon inquiétude, mon stress, quand au début des années 80 je marchais vers le café où j’avais rendez-vous avec elle, qui vivait déjà aux États-Unis… Je venais lui proposer de réaliser avec elle un numéro spécial de la revue Vlasta, sur son travail d’écrivain. Vlasta, revue des fictions et utopies amazoniennes, était totalement inspirée par son œuvre.
J’avais une casquette alors. En rentrant dans le café, je la vis au loin avec une casquette aussi… petit signe qui m’a rassurée. Et tout s’est enchainé.

1985 a été une année Wittig.
1985 : elle publie ce récit Virgile, non, toujours aux Editions de Minuit. Vous pouvez rencontrer les dyke de San Francisco et les anges à moto et bien d’autres.
La revue Vlasta publie donc ce numéro spécial sur elle, son travail d’écrivain, ce numéro s’accompagne de trois textes inédits alors.

1985 : Wittig et Sande Zeig sa compagne, reviennent plusieurs mois à Paris, pour la sortie de ce livre et pour présenter pendant un mois, du 21 mai au 21 juin, au théâtre du Rond-Point, sa pièce de théâtre Le Voyage sans fin.
En dernière minute, elle nous propose de la publier, et ce sera fait grâce à quelques nuits blanches en particulier de l’imprimerie de femmes Voix Off.
Cette pièce est rééditée aujourd’hui par la collection L’Imaginaire Gallimard, avec deux préfaces une de Laure Murat, l’autre de Wendy Delorme. Merci Margot Gallimard pour cette réédition que vous trouverez en vente à la fin de la lecture, dans la librairie.

« Si tu ne te souviens pas, invente… »
Oui invente, invente ton histoire si tu ne la trouves pas, cherche-la et invente-la à chaque moment pour qu’elle s’inscrive et se transmette, qu’elle perce et brise les chapes de silence.
À nous d’inventer à chaque moment des formes qui vont permettre de garder notre mémoire et de la transmettre. De briser les chapes de silence qui à tout moment peuvent tomber sur nous, il suffit de voir ce qui se passe actuellement pour savoir que rien n’est acquis, jamais.
Le silence a menacé Wittig, son œuvre a été minorée par le monde littéraire, après la publication de ce titre Le Corps lesbien. La portée de son œuvre littéraire et théorique resurgit avec force aujourd’hui, et sous différentes formes.
Le Voyage sans fin avec Monique Wittig a continué : colloques, publications.
Mais d’autres formes aussi, spectacles, et lectures car la voix, le partage comme ici ce soir sont une autre manière de vivre, d’entendre une œuvre.
Le site des études wittigiennes recense tout ce dont nous avons connaissance, y compris traces visuelles aussi parfois dans l’espace public, dans les dyke marches ou ce tag sur un mur : Wittig m’a sauvée.

En 2014 en tant qu’association d’Ami.es de Monique Wittig, nous avons justement organisé une soirée ici à la Maison de la poésie pour célébrer les 50 ans de L’Opoponax, prix Médicis en 1964.
En 2019, de nouveau ici, pour les 50 ans de Les Guérillères.
Merci pour l’accueil que nous rencontrons chaque fois dans ce lieu, la Maison de la poésie.
Pour les 50 ans de Les Guérillères ces phrases ont résonné, ces « Elle disent… »
« Elles disent qu’elles ont appris à compter sur leurs propres forces. Elles disent qu’elles savent ce qu’ensemble elles signifient… »
Je conclue avec une autre « Elles disent qu’elles secoueront le monde comme la foudre et le tonnerre. »
Cette déclaration est aussi celle que la Quichotte du Voyage sans fin peut reprendre à son compte.
Car Le Voyage continue ici ce soir, avec vous et avec :

Nadège Beausson Diagne : Quichotte, et la mère de Quichotte !
Adèle Haenel : Panza, sœur 2 et le narrateur.
Caroline Geryl : la sœur 1 et une des galériennes.
Et moi-même : la tante et une autre des galériennes.

On y va !

Suzette Robichon

 

Vous pouvez visionner la retransmission de cette soirée sur la chaîne Viméo du Centre Simone de Beauvoir.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search