Cécile Daumas, “Monique Wittig. Le masculin ne l’emporte plus” et Thomas Stélandre, “Le Corps lesbien, nouvel art d’aimer et de jouir”, Libération, 2 janvier 2023

Ce lundi 2 janvier 2023, à la veille des vingt ans de la disparition de Monique Wittig, trois pleines pages lui sont consacrées dans Libération pour lui rendre hommage.

Cécile Daumas dédie deux pages à la restitution de son parcours intellectuel, littéraire et militant, à sa théorisation du langage et de l’hétérosexualité comme régime politique, et à ses héritages queer et contemporains, en s’appuyant sur les analyses d’Ilana Eloit et de Theo Mantion.

Elle se faisait appeler “Théo” par ses copines de Mouvement de libération des femmes (MLF), portait parfois une casquette d’homme, se disait écrivain, histoire de se réapproprier le masculin qui se prend pour l’universel, et faisait preuve d’un humour remarquable.

En déconstruisant les genres et en critiquant l’injonction hétérosexuelle dès la fin des années 70, Monique Wittig est en avance sur son temps. Elle précède le mouvement gay et lesbien, du pacs au mariage pour tous, et aujourd’hui, vingt ans après sa mort, rencontre le renouveau féministe #Metoo et les revendications trans et non binaires.

Bien avant l’écriture inclusive, Monique Wittig a pour ambition de “changer la position subalterne et altérisée du féminin dans la langue et dans la société”, analyse la chercheuse Stéphanie Kunert.

Vingt ans plus tard, jamais elle n’a été aussi inspirante. (…) Figure majeure du féminisme français, théoricienne précurseuse de la pensée queer, écrivain d’avant-garde qui théorisa l’action du langage sur le réel, elle irrigue les domaines de la création jusqu’à l’art contemporain (Tarek Lakhrissi, Jennifer Caubet, Théo Mercier). Pour la célébrer durant toute l’année, un hashtag #Wittig2023 est prêt, comme si elle était enfin de son temps”.

Entre ces deux pages, se trouve l’article, « “Le Corps lesbien”, nouvel art d’aimer et de jouir », de Thomas Stélandre annonçant la réédition chez Minuit du Corps lesbien en poche doté d’une postface inédite de Monique Wittig.

Dans ce “corps” montré au monde entend-on “corpus”, car c’était l’idée : affirmer qu’il y avait maintenant, qu’il y allait avoir un corpus lesbien, une littérature à laquelle se référer. Que, puisqu’elle n’existait pas, ou si peu, on allait l’écrire, s’écrire, en travaillant le texte au corps, pour soi et pour les autres.

“Pour le Corps lesbien, explique Wittig, j’étais face à la nécessité d’écrire un livre entièrement lesbien dans sa thématique, son vocabulaire, sa texture, un livre lesbien du début à la fin, de la première à la quatrième de couverture”

Article à lire en entier dans Libération !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search