L’analogie femmes esclaves chez Wittig

L’œuvre théorique et littéraire de Monique Wittig s’appuie parfois sur une analogie qui a fait long feu depuis les années 1970, très courante à l’époque : celle de l’analogie entre la condition des femmes et la condition des esclaves, que l’on retrouve aussi notamment dans l’hymne du MLF. Cette association se combine plus spécifiquement, dans l’œuvre wittigienne, à l’image des lesbiennes comme “fugitives” comparables aux “marrons”, et à l’utilisation du “mot en n”, dont l’histoire convoque l’idée de l’esclavage. Dans Les Guérillères, par exemple, celui-ci est utilisé une fois, à côté du mot “femelle”, évoquant les mots et violences créés par les “dominateurs” pour asservir une partie de l’humanité ; il désigne ainsi les violences qui sont directement entretenues par le langage. Le texte des Guérillères, par ailleurs, cherche à montrer que le groupe des femmes est bien vaste et loin d’être blanc — il suffit de jeter un œil aux listes de noms convoquées pour s’en apercevoir. Dans d’autres textes, l’analogie se déplace vers la comparaison du marquage de genre, notamment linguistique lui aussi, au port de l’étoile jaune (on voit notamment passer cette comparaison dans Virgile, non et dans La Pensée straight).

Ces analogies visent ainsi, dans l’intention de Wittig, à mettre en lumière les rapports d’analogie qui peuvent aider à comprendre une oppression par l’exemple d’une autre a priori plus évidente (à l’époque, la situation s’étant sans doute inversée aujourd’hui), comme à souligner le rôle que jouent le langage et certains “marqueurs” dans la perpétuation des discriminations. Elles sont aussi typiques d’une époque qui, notamment en France et bien au-delà de l’œuvre wittigienne, mobilisait de manière très fréquente cette comparaison femmes/esclaves, et ne voyait pas trop d’inconvénient — dans un contexte intellectuel très majoritairement blanc — à utiliser le “mot en n”. Certain·e·s intellectuel·le·s considéraient dans certains cas qu’il pouvait servir à revendiquer une lutte anti-raciste, dans l’héritage césairien notamment.

Ces analogies ont depuis été largement condamnées d’un point de vue épistémologique et militant, car l’intention de visibilisation qu’elles peuvent porter risque trop de se retourner, au contraire, en invisibilisation des intersections des discriminations vécues par certaines femmes — noires en particulier dans le cas de l’analogie femmes/esclaves, juives dans celui de l’analogie sexisme/Shoah.

Recommandations :

  • Nous recommandons la lecture des pages qu’Émilie Notéris consacre à ce sujet dans son tout récent Wittig publié aux Pérégrines : elle y présente un certain nombre de références utiles pour traiter la question1.
  • Il faut lire en particulier le texte de Stéphanie Kunert sur « L’analogie “sexisme/racisme” : une lecture de Wittig »2,
  • celui d’Annabel Kim dans son chapitre “The Runaway Tropism” de l’important ouvrage Unbecoming language: Anti-Identitarian French Feminist Fictions3.
  • En complément encore, l’article de Winifred Woodhull dans Clepsydra, en 2006, “Monique Wittig Reconsidered4
  • Moins focalisés sur l’œuvre wittigienne, il faut lire aussi les “notes” de Hourya Bentouhami “pour un féminisme marron”, qui mentionnent entre autres l’œuvre de Wittig5, et son article, co-écrit avec Nacira Guénif-Souilamas, consacré aux “paradoxes de l’analogie”,  qui se penche plus spécialement sur l’œuvre de Colette Guillaumin (dont on sait que la pensée est très connectée à celle de Wittig)6.
  • Un article d’Olivier Ferret se consacre à l’analyse de l'”homo-analogie” qui fonde la comparaison des situations de l’esclavage et du sexisme. Voir sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-dix-huitieme-siecle-2023-1-page-303.htm

 

Références :



Citer ce billet
Ami·es de Monique Wittig (2022, 13 décembre). L’analogie femmes esclaves chez Wittig. Études wittigiennes / Wittig Studies. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oksk

  1. Paris, Les Pérégrines, 2022, p. 101-106 []
  2. dans Comment s’en sortir ?, vol. 4, 2017, p. 80-99. []
  3. Colombus, The Ohio State University Press, 2018, p. 61-64. []
  4. Winifred Woodhull, “Monique Wittig Reconsidered”, in Clepsydra, n°5, 2006, p. 147-166, https://riull.ull.es/xmlui/bitstream/handle/915/15052/CL_05_%282006%29_11.pdf. []
  5. dans Comment s’en sortir ?, vol. 5, 2017, p. 108-125. []
  6. dans Les Cahiers du genre, n°63, 2017, p. 205-219. []

1 réponse

  1. 2 octobre 2023

    […] en particulier sur l’analogie entre femmes et esclaves, qui se retrouve d’ailleurs dans d’autres écrits des années 1970 : fruit d’un féminisme « ignorant de sa propre blanchité », ce passage […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search