“Peut-on dire qu’il y a un avant et un après Wittig dans l’histoire de la littérature lesbienne ?” entretien avec les auteurices d’Écrire à l’encre violette

Aurore Turbiau, Margot Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier et Alexandre Antolin se sont entretenu·es en octobre 2022 avec l’équipe de Friction Magazine au sujet du projet de recherche et de valorisation des littératures lesbiennes françaises qu’ils ont accompli dans l’important ouvrage Écrire à l’encre violette. Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours — ouvrage dont Suzette Robichon est la préfacière, Catherine Gonnard et Elisabeth Lebovici les postfacières.

Monique Wittig occupe une place importante dans cette histoire, et l’équipe de Friction demandait si l’on pouvait dire qu’il y avait “un avant et un après Wittig dans l’histoire de la littérature lesbienne française”. Réponse proposée par les auteurices à lire sur le site du magazine !

Extrait :

Donc, un avant/après Monique Wittig : oui à l’époque, parce qu’elle impose (avec d’autres) le sujet lesbien dans l’espace public avec une force qui n’avait pas vraiment eu de précédent, oui aujourd’hui de nouveau, parce que son assez soudaine redécouverte (par le grand public et par le milieu universitaire français) provoque un nouveau bouleversement du paysage littéraire.

Cela étant dit, nous avons tâché tout au long d’Écrire à l’encre violette de montrer qu’il y avait bien toute une histoire de la littérature lesbienne française à connaître : une histoire qui court au moins sur plus d’un siècle, qui prend de très multiples formes et répond à une foule d’enjeux très différents les uns des autres.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search