Jérémie Majorel, « Genre indéfini », dans Le Magazine littéraire, mars 2011, n°506, p. 45

Texte reproduit avec l’autorisation de l’auteur. Site de l’éditeur : LIRE, Le Magazine littéraire.

Monique Wittig (1935-2003) est connue pour être la grande figure de proue du féminisme radical. Au-delà des engagements de son auteur dans le mouvement radical lesbien, Le Chantier littéraire – texte inédit issu d’une thèse à l’EHESS soutenue en 1986 sous la direction de Gérard Genette – interpelle quiconque s’intéresse à l’écriture comme espace d’une communauté véritable, ou comme pratique sincère d’une universalisation du particulier, par la langue. Le point de départ est le suivant : à la différence du peintre dans son atelier, l’écrivain ne travaille pas un matériau neutre, il doit se livrer à une « brutification » du langage, toujours déjà gorgé d’usages sociaux impensés. Monique Wittig réhabilite ainsi le point de vue critique des écrivains, de Poe à Sarraute en passant par Stein et Robbe-Grillet, non en un sens psychologique, mais génétique : quels procédés bricolent-ils pour tailler des formes nouvelles ? De même pour le langage : les écrivains affrontent un continuum physique, psychique, individuel et social, là où la linguistique, en tant que science, est forcée d’opérer des coupes abstraites (signifiant/signifié …). Alors comment écrire ? L’exemple de « chantier littéraire » privilégié par Monique Wittig est « la marque du genre » : le privilège faussement naturel du masculin dans la grammaire française occulte – et approuve – un phénomène politique de domination. L’obligation de l’accord assigne ainsi le je, quand il est énoncé par un elle, à son particularisme sexué. A l’inverse, le je, lorsqu’il (générique) est énoncé par un il (masculin), n’est pas sexuellement marqué par cette règle. Là réside la contrainte exercée à même la langue sur la subjectivation des corps : le genre masculin peut seul accéder à l’universel, imperceptiblement. Ils, ce sont les hommes, aussi bien sujets de sexe masculin qu’êtres humains en général.

Avec Sarraute, Monique Wittig montre que l’écriture littéraire peut contribuer à transformer cette fausse donne. Mais elle s’appuie aussi sur sa propre production romanesque, déjà très riche au moment de cette thèse. Ainsi, son premier roman, L’Opoponax, prix Médicis en 1964, salué par Claude Simon et Marguerite Duras, est un travail de précision sur le pronom personnel indéfini on allié au thème de l’enfance. Il ne s’agit donc pas de féminiser le langage (« l’écriture féminine » des « écrivaines »), ce qui biaiserait également l’accès à une singularité universalisable, mais d’opérer une relecture féconde de Benveniste. C’est tout notre rapport à la langue qui sera alors bouleversé, notamment la manière dont nous devenons sujets en nous l’appropriant et dont, à partir de là, nous pouvons universaliser notre singularité, participer d’une communauté politique, entrer en dialogue avec un tu. « [L]ibérateur, si le locuteur (tout locuteur) faisait dans son activité de parole le même travail que l’écrivain qui écrit »1 : il n’est pas interdit de transférer les réflexions de Monique Wittig sur le genre à d’autres figures d’oppression.

 

Source : Jérémie Majorel, « Genre indéfini », dans Le Magazine littéraire, mars 2011, n°506, p. 45, retranscrit par Claire Pollet sur le carnet Études wittigiennes / Wittig Studies, mis en ligne le 27 septembre 2022, https://etudeswittig.hypotheses.org/1724.

 

Notes :

  1. WITTIG Monique, Le Chantier Littéraire, Paris et Lyon, Presse universitaire de Lyon & Editions IXE, 2010, p. 72. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search