Réédition du Voyage sans fin, “refabrication” féministe et lesbienne de Don Quichotte

 

La collection “L’Imaginaire” de Gallimard réédite ce mois-ci Le Voyage sans fin : événement, pour l’une des dernières œuvres de Monique Wittig, dont la version française avait d’abord été éditée en supplément au numéro 4 de la revue Vlasta, en 1985, et qui n’avait jamais été rééditée depuis. La réédition est préfacée par Wendy Delorme et Laure Murat.

Le Voyage sans fin, pièce de théâtre issue de The Constant Journey, initialement monté par Monique Wittig et Sande Zeig aux États-Unis, est une “refabrication” féministe et lesbienne de Don Quichotte.

Lire à ce sujet l’entretien croisé de Wendy Delorme et Laure Murat, publié par Thomas Stélandre dans Libération :

il s’agit évidemment du féminisme : c’est un voyage “sans fin”. On peut penser que c’est une quête magnifique, comme celle de Quichotte – un voyage sans fin dans la littérature – et, en même temps, entendre l’aspect politique, et donc le pessimisme de ce titre. Cela signifie qu’il n’y a pas d’aboutissement, ce qui est aussi le propre de la révolution. […] Monique Wittig était authentiquement révolutionnaire. (Laure Murat)

 

À lire aussi : “Sande Zeig, chevalière aimante de Wittig”, sur la collaboration d’écriture entre Sande Zeig et Monique Wittig, pour Le Voyage sans fin et le Brouillon pour un dictionnaire des amantes.

À lire aussi : “Monique Wittig, embarquement immédiat”


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search