Odile Baskevitch, “Incitation à relire”, in Lesbia Magazine, n°31, septembre 1985, p. 23

Monique Wittig publie depuis vingt ans des livres, des nouvelles, des pièces de théâtre, des essais… Vlasta nous offre par ce numéro spécial le moyen d’approfondir le travail de recherche et de création littéraire qui constitue l’œuvre d’une grande écrivaine lesbienne.

Ce numéro réunit deux textes inédits de Monique Wittig et une série d’articles sur ses différents ouvrages et plus généralement sur les particularités de son écriture et de sa pensée.

Des reproductions de tableaux de Lena Vandrey illustrent l’ensemble avec de fantastiques amazones noires et blanches.

Premier texte de la revue, Paris-la-politique, est un récit inédit complémentaire de Virgile, non. Nous voyons s’agiter des visions grotesques de corps qui se mettent en boule (stricto sensu) au nom d’un idéal, de balayeuses qui discutent en l’air du moyen le plus convenable à utiliser pour ramasser la poussière qui encombre les rues, de “judas” et leurs “zélées acolytes” qui ne vont pas les unes sans les autres, de foules qui acclament ou se disputent. “On est comme des loups qui hurlent de liberté et de famine, les côtes exposées au vent tandis que les autres avec la marque du collier ont le ventre plein et le poil luisant. Quoi d’étonnant alors qu’on ait des voix rauques et des regards mauvais ? “Ces scènes tragi-comiques ne possèdent pas le temps léger et grave de Virgile, non. La lectrice se sent directement interpellée par la force de chaque récit, alors qu’elle est éblouie par l’horrible et le merveilleux réunis dans l’épopée de Wittig au côté de son guide Manastabal.

Le cheval de Troie est un essai théorique où Monique Wittig explicite comment toute œuvre littéraire nouvelle “fonctionne comme une machine de guerre, car son intention et son but sont de démolir les vieilles formes et les règles conventionnelles”.

Le travail sur l’écriture, et l’expérimentation qu’elle a faite notamment sur l’emploi des pronoms “on”, “elles” et l’utilisation de “j/e”, “t/u”, proposent un démantèlement du langage traditionnel. “À partir de là, les possibilités de forger de nouveaux rapports réels entre les femmes et le langage, les femmes et la culture, les femmes et le pouvoir ne sont plus assujettis à la grille des valeurs masculines (…) (Hélène Vivienne Wenzel. p. 43). Les intervenantes qui ont rédigé les divers articles réunis dans Vlasta, exposent avec beaucoup de clarté le processus de la genèse d’un autre langage.

Ainsi Marthe Rosenfeld réalise une remarquable étude de texte du Corps lesbien et dans sa conclusion exprime son sentiment profond : “la puissance verbale et la beauté du livre m’ont permis de me mettre en contact avec la lesbienne que j’étais mais que longtemps j’avais méconnue. (…) Si ce livre a un effet si profond sur ces lectrices, c’est que non seulement la pensée est lesbienne, mais aussi la langue.” (p. 61)

Plus précisément, Namascar Shaktini analyse comment l’écriture lesbienne de Monique Wittig constitue un glissement épistémologique du “phallogocentrisme” au lesbianisme.

Ce numéro “spécial Wittig” de Vlasta me paraît être un outil essentiel pour appréhender au mieux la richesse de l’œuvre de Monique Wittig : puissance et beauté verbale, perception visionnaire, universalisation du thème lesbien.

 

Source : Odile Baskevitch, “Incitation à relire”, in Lesbia Magazine, n°31, septembre 1985, p. 23, retranscrit par Études Wittig sur le carnet Études wittigiennes / Wittig Studies, mis en ligne le 6 février 2022, https://etudeswittig.hypotheses.org/1050.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search