La Fabrique de la Nuit : Garance lit un extrait des Guérillères de Monique Wittig

Extrait d’une émission de La Fabrique de la nuit, émission radio diffusée sur Radio Brume 90.7FM (Lyon, France) en janvier 2019. Le texte qui suit est celui de la rédaction de Radio Brume.

Monique Wittig (1935-2003), Les Guérillères, Editions de Minuit, 1969

Militante féministe de la première heure, elle s’est autoproclamée “lesbienne radicale”. Plus loin qu’une préférence sexuelle, cette formule dévoile un engagement politique, un moyen de lutte contre le patriarcat. On retrouve ces choix dans ses œuvres : elle met en scène principalement des femmes, travaille sur les pronoms personnels et privilégie le “elles”. Par la littérature, elle estime qu’il est possible de trouver un espace mental neutre où le sexe n’est pas déterminant : un réel espace de liberté.

Les Guérillères se présente comme une succession de paragraphes courts, dans un registre épique. Toutes les cinq pages s’alignent des listes de prénoms féminins et féminisés qui sont les stèles de mémoires des mortes du passé. Elle reprend la figure du cercle, de l’ouroboros, labyrinthe sans chemin et dessine par là des espaces de libertés, les lacunes en dehors des déterminés, des mots appropriés par ceux qui dominent.

Monique Wittig veut aller plus loin que Simone de Beauvoir. Certes, on ne naît pas femme, mais on ne le devient pas non plus.

* Erratum dans le texte de présentation, elle ne se dit pas ” féministe radicale ” mais ” lesbienne radicale “.

 

L’émission est disponible sur Soundcloud.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search