“Comme une pulsation, un appel” : la découverte des Guérillères par Ballets Confidentiels

 

LES CRIS LES RIRES LES MOUVEMENTS ELLES AFFIRMENT TRIOMPHANT QUE TOUT GESTE EST RENVERSEMENT.

La découverte des Guérillères par Ballets Confidentiels.

 

Eléonore Lemaire, Johanne Saunier, Richard Dubelski – Ballets confidentiels

 

À l’occasion des journées du Matrimoine 2022, Ballets Confidentiels et les Ami.es de Monique Wittig ont imaginé un parcours déambulatoire dans le 14e, entre le jardin Monique Wittig – orné de sa nouvelle fresque citant les
Guérillères, et la Bibliothèque Aimé Césaire. Ce fut l’occasion pour Ballets Confidentiels de se plonger dans la vie de cette écrivaine et de ce roman – phare, qui lui était inconnu.

Évidemment, la première chose qui frappe l’œil, et donc l’oreille, est cet emploi quasi systématique du pronom personnel féminin pluriel “elles”. Ce n’est pas tant pour nous le sens de ce postulat artistique, tout impactant qu’il soit, qui nous a frappées, mais la percussion de ce son, glottique suivi du double L. Comme une pulsation, un appel. Ce rythme imposé au démarrage de chaque phrase, impulse une fougue, une ferveur, sur toute la longueur du roman.

Nous ont frappées aussi les points communs entre notre démarche artistique, qui mêle le chant, la danse et les percussions pour envahir un espace habituel ou public, et la vie quotidienne de ces guérillères. Le chant, la danse, le mouvement, le cercle qui revient sans cesse, les translations de corps, tous ces éléments ont une approche chorégraphique et musicale, dépassant presque le romanesque.

« leurs mouvements sont des translations, des glissements »

Ce mouvement qui traverse tout le récit, contient des variations rythmiques et des contrepoints. À la sérénité des rites usuels de ces guérillères s’opposent leurs discours de lutte où la violence n’est plus contenue dans des gestes et des sons codifiés, ce qui laisse libre cours à une anarchie débridée, fougueuse.

« Elles disent qu’elles ont appris à compter sur leurs propres forces. Elles disent qu’elles savent ce qu’ensemble elles signifient. Elles disent, que celles qui revendiquent un langage nouveau apprennent d’abord la violence. Elles disent, que celles qui veulent transformer le monde s’emparent avant tout des fusils. Elles disent qu’elles partent de zéro. Elles disent que c’est un monde nouveau qui commence »

En tant que musicienne et chorégraphe, ces contrepoints sont des points d’appui essentiels pour un geste artistique. Et cette alternance entre structure (le cercle, les chants, les danses) et déconstruction (la table rase du passé, l’appel aux armes, les luttes), entre harmonie et violence, nous a beaucoup nourri pour construire un parcours artistique.

« À chacune de leurs avances, elles poussent un cri bref. Quand elles s’arrêtent, leurs voix ont de longues modulations. / Parfois elles tournent sur elles-mêmes comme des toupies, la tête dans leurs bras. »

L’un des axes de notre recherche au sein de Ballets Confidentiels, est la communication non verbale. Nous cherchons une forme de langage purement sensoriel, qui dépasse le sens des mots que nous employons pour impacter physiquement le public. À la manière du Bel Canto, qui s’attache moins au sens des mots qu’à l’émotion qu’ils charrient. Nous envisageons les mots comme des éléments sonores plus que comme un discours précis, c’est en partie pour cela que nous avons une affection particulière pour le compositeur Georges Aperghis, ou pour le mélange de différentes langues, afin que le geste qui le sous-tend prenne le dessus sur son sens premier. Une phrase comme celle-ci est particulièrement musicale : “elles disent le langage que tu parles t’empoisonne la langue la glotte le palais les lèvres”. Le sens est très fort, mais c’est surtout l’empilement de labiales et l’enchainement de mots sans ponctuation qui vont marquer cette rage qu’on ressent en le lisant. Ce travail de percussion est cher aussi à notre percussionniste Richard Dubelski, dont la présence nous a paru résonner avec cette fin apaisée entre les genres que rêve Monique Wittig à la fin de son roman.

« au bord du lac, il y a un écho. / La voix dédoublée, puis triple, superpose sans cesse ce qui est et ce qui n’est pas»

Nous avons été touchées dans notre chair par ce roman presque ethnologique, qui décrit une société qui retourne aux sources de l’existence humaine (la nature, le son, les gestes, l’entraide) pour déconstruire un développement qui se serait perdu dans un autoritarisme masculin. Le maniement de la langue par Monique Wittig y est pour beaucoup, dans sa manière sensorielle de dépeindre ces femmes. Tout y est question de gestes, de sons, d’odeurs, d’images, et c’est ce que nous avons voulu retranscrire dans ce parcours si particulier pour nous.

Ballets Confidentiels / Eléonore Lemaire et Johanne Saunier



Citer ce billet
Ami·es de Monique Wittig (2022, 25 octobre). “Comme une pulsation, un appel” : la découverte des Guérillères par Ballets Confidentiels. Études wittigiennes / Wittig Studies. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oksf

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search